Bienvenue à tous !  
Conçu dans la tradition ouverte et intelligente de l'ancien forum udf.org des années 2005-2007, l'un des meilleurs forums politique d'humeur et d'humour  des années 2000, malheureusement fermé depuis, ce forum a été concu par des anti-apparatchiks membres ou simples sympathisants du Mouvement Démocrate qui ont voulu préserver cette tradition au service d'un Mouvement Démocrate ouvert et réactif ... Actuellement peu ou prou en sommeil dans un contexte de "léthargie du centre", il n'attend plus que vous pour reprendre de sa dynamique. Les propos sur ce forum étant modérés a posteriori, ils sont donc libres et responsables et n'engagent prioritairement que leurs auteurs. Contact : forum.ccbs@laposte.net   
9 mai 1950 - 9 mai 2010 : L'Europe en train de mourir ?

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forum alternatif du Mouvement Démocrate Index du Forum // Actualités politiques // Europe
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Roulleaux Dugage


Hors ligne

Inscrit le: 25 Avr 2008
Messages: 1 105
Localisation: Houilles 78
Masculin

MessagePosté le: Mar 11 Mai - 11:12 (2010)    Sujet du message: 9 mai 1950 - 9 mai 2010 : L'Europe en train de mourir ? Répondre en citant
http://www.france-info.com/chroniques-l-invite-de-18h15-2010-05-10-le-plan-…

François Bayrou était l'invité sur France Info, ce lundi 10 mai. Il a notamment estimé que les décisions prises dans le cadre du plan de sauvetage de l'euro étaient les "bienvenues" mais arrivaient "trop tard", à un coût trop élevé. 


Ce plan "aurait dû intervenir il y a trois mois et le fait qu'il ne soit pas intervenu il y a trois mois nous a coûté peut-être 300 milliards", a affirmé François Bayrou.
 
Et bien là, je trouve qu'il se plante grave, lou François.


De quoi s'agit vraiment ?

La Grèce est en faillite, plantée par des banques américaines notamment Goldman Sachs, et appelle au secours pour payer ses fins de mois. La France et les Etats membres du sud, tous gravement endettés, se manifestent favorablement. Angela est contre à la fois pour des raisons de principe et car elle est en période électorale et veut donner une image d'orthodoxie et de rigueur à son pays, face aux bambocheries d'un SPD démago.   


Angela, en proie à des élections difficiles en Rhénanie (où elle a finalement perdu sa majorité parlementaire ...) avait défendu bec et ongle en amont l'orthodoxie du traité de Maastricht : neutralité et indépendance des banques centrales, équilibre des comptes nationaux, lutte contre l'inflation et le surendettement des états membres.

Sa position consistait à dire que la Grèce ne disposait pas de moyens économiques (production marginale limité au tourisme et globalement souterraine, administration pléthorique, coûteuse et trustée par les partis politiques) pour soutenir une monnaie européenne qui est une monnaie de grand compte, qui se veut stable et prévisible pour favoriser les échanges supra-nationaux. 


La Grèce devait sortir de l'Eurogroup et faire fonctionner sa planche à billet, c'était le meilleur service à lui rendre plutôt que de la surendetter à mort.


Angela avait tout à fait raison. Mais ayant perdu sa majorité, elle n'était plus crédible politiquement.  

La France et les autres Etats-membres lourdement endettés se sont rués dans la faille en exigeant l'intervention de la BCE et de son trésor de guerre pour renflouer la Grèce. Sous entendu, "nous aussi, nous devons être éligibles au financement de la BCE, nous voulons son fric".

Et le marché a fait le reste. Au son du clairon, "on a gagné on a gagné", 10% de bonus sur des valeurs spéculatives ont été raflés sur les marchés mondiaux, dans des conditions d'intox totalement artificielles. Les vendeurs ont réalisé  un "coup" de bluff digne des plus parfaits marchand de tapis pour lever du pognon en claquant des doigts. Le lendemain, les bourses comprennent la supercherie et s'effondrent, tandis que les maîtres du marché comptent leurs billets.

Résultat des courses :

La BCE est devenu une banque politique aux ordres de la commission qui va désormais lui dire de prêter aux uns et pas aux autres. La Commission se dote au passage d'une compétence nouvelle pour laquelle elle ne dispose d'aucune infrastructure sérieuse, notamment pour ce qui est d'intervenir sur les marchés boursiers.

Barroso l'atlantiste dilettante devient le grand gourou courtisé de la finance et Trichet son valet de pied. Le favoritisme va éclore, les uns seront financés, les autres non, les nationalismes des états membres qui hurleront à la pourriture du système en sortiront renforcés.

La Grande Bretagne, prête à rentrer dans la zone Euro, aura un très bon prétexte de tourner casaque et de retourner à l'abri de la zone dollar, quitte à se placer sous l'aile malade du grand frère américain en attendant des jours meilleurs.
 
Les grands principes barro-deloriens du traité de Maastricht : neutralité et indépendance de la BCE, lutte contre l'inflation, stabilité monétaire ont volé en éclat.

Les eurosceptiques ont gagné. Pas de quoi se réjouir. Ca va mal. Et je commence à comprendre au passage les récriminations de Bourlanges contre Bayrou.


Dernière édition par Roulleaux Dugage le Mer 12 Mai - 15:41 (2010); édité 1 fois
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Publicité






MessagePosté le: Mar 11 Mai - 11:12 (2010)    Sujet du message: Publicité
PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Roulleaux Dugage


Hors ligne

Inscrit le: 25 Avr 2008
Messages: 1 105
Localisation: Houilles 78
Masculin

MessagePosté le: Mar 11 Mai - 16:36 (2010)    Sujet du message: 9 mai 1950 - 9 mai 2010 : L'Europe en train de mourir ? Répondre en citant
(Marianne 2 /Sarkofrance)
 
Euro : après l'euphorie, la douche froide ?


Les éléments de langage sont rodés : l’Europe s’est doté d’une force de frappe inédite contre la spéculation mondiale… grâce à Nicolas Sarkozy. Dès lundi matin, il fallait répéter le message. On oublierait presque le coup de fil salvateur de Barack Obama à Angela Merkel ce week-end. Qu'importe ! Le plan était là. Les bourses, d'ailleurs, ne s'y sont pas trompées. Lundi, elles étaient euphoriques. Les traders spéculent, les gouvernements injectent, les peuples payent. Rien de change.
  
 

 


Le plan européen
Les gouvernements européens sont soulagés. Dans la journée de dimanche, ils sont parvenus à un accord en 4 tranches : 60 milliards d’euros de fonds communautaires pour aider tout Etat en difficulté de financement, une intervention de la Banque centrale européenne pour acquérir des créances privées et publiques, un fond de garanties publiques et multilatérales par les 16 Etats de la zone euro pour des prêts ultérieurs, et la garantie de 250 milliards d’euros du FMI. Au total, 750 milliards d’euros ont pu ainsi être annoncés avant la réouverture des marchés. En France, les ministres et les proches du président se félicitent. Ce plan serait l'oeuvre du Monarque, lui qui insiste depuis trois mois pour un plan de soutien à l'euro. Sans rire, le Figaro expliquait dès l undi soir que «ce succès en poche, toute la question était pour Nicolas Sarkozy de savoir comment communiquer sur le déploiement d'activité diplomatique de ces derniers jours»... Sans rire.

Qu'il est curieux et inquiétant de voir un chef d'Etat se réjouir d'avoir engagé 8% du PIB de la zone euro en dettes nouvelles et garanties ! «Je me suis entièrement mobilisé auprès de nos partenaires pour que l'ensemble des institutions de la zone euro -- le Conseil, la Commission, la Banque Centrale européenne -- ainsi que les Etats-membres mettent tout en œuvre pour garantir la stabilité de la zone euro.» a-t-il rappelé lundi après-midi devant les partenaires sociaux. Quant à la régulation des agences de notation ou des traders... on attendra la fin de l'année, et les prochains G20. La pression de ces derniers jours auraient pu inciter les dirigeants européens à prendre des décisions en faveur d'une plus grande régulation. Et bien non... Ils se sont contentés d'ouvrir grand leur porte-monnaie...

Les chiffres font rêver… ou frémir. Lundi matin, la ministre de l’Economie et des Finances a expliqué que, s’il était activé, le plan de soutien à la zone euro pourrait coûter environ 88 milliards d'euros à la France, soit 20% des 440 milliards d’euros garantis. « On fournit cette garantie à un fonds de stabilisation européen et ce fonds de stabilisation européen dûment muni de la garantie des Etats pourra aller emprunter sur le marché pour acheter de la dette d'Etats au sein de la zone euro qui seraient fragilisés ».

Les gouvernements européens ont donc (provisoirement) riposté. Mais l'exécutif européen reste désemparé : le Royaume Uni se cherche un gouvernement, la Belgique est menacée de divisions, la Pologne attend son prochain président. Belgique puis Pologne vont prendre successivement la présidence tournante de l'Union européenne. En Grèce, mais aussi au Portugal ou en Espagne, on manifeste contre les plans de rigueur.

Lundi, les bourses euphoriques
Dès la reprise des marchés financiers lundi matin, l’euphorie était réelle. Les traders aiment quand les Etats promettent des milliards d’euros de dépenses et de garanties pour soutenir les cours. Ils ont gagné ; De Londres à New York, de Paris à Francfort, les bonnes affaires se sont multipliées. Le CAC 40 a terminé la séance de lundi à +9,66%, franchissant à nouveau la barre des 3700 points, avec 10 milliards d'euros échangés. Les valeurs bancaires ont aussi bien profité de la séance, gagnant entre 17 et 20% (Société Générale +23,89%, Crédit Agricole +18,65%, BNP Paribas +20,90%). Des rebonds similaires ont été constatés sur toutes les places (Francfort +5,30%, Londres +5,16%, Eurostoxx 50 +10,35%). En fait, ces sauts sont habituels après de telles annonces. A l'automne 2008, les marchés avaient réagi aussi positivement aux plans de soutien bancaire annoncés à l'époque après le krach de septembre. On sait ce qui a suivi : rien.

Jean-Claude Trichet répète partout que sa BCE reste « totalement indépendante ». Le matin même, certaines voix s’étaient félicitées (un peu rapidement) de la fin de l’indépendance de la BCE. Sa banque a dû transiger avec ses principes fondateurs : elle avait 'abord accepté de prendre en garantie de prêts des créances grecques. La voici qui annonçait, dimanche, de possibles «interventions» sur les marchés obligataires privé et public de la zone euro.

Sur les marchés, les analystes ne sont pas dupes : ils attendent une réduction des dépenses publiques et un retour à la croissance. C'est bien là que le bas blesse...

Et le social dans tout ça ?
Rares ont été les commentaires à rappeler les contreparties de cette manne providentielle. Si des récalcitrants comme l’Allemagne, la BCE ou même le FMI, se sont ralliés au principe, c’est que ce dernier est assorti d’engagements de « rigueur » budgétaire ». Samedi dernier, Sarkozy ne cachait pas que ce plan devait s'accompagner d'un «renforcement de la surveillance économique et de la coordination des politiques économiques dans la zone euro» et d'une «révision du Pacte de stabilité et de croissance pour renforcer les sanctions en cas de manquement répété aux règles».

Le commissaire européen aux affaires économiques et monétaires a d’ailleurs expliqué, hier lundi, que : « La surveillance en amont ne signifierait pas un examen approfondi des finances nationales, mais la Commission européenne chercherait à évaluer le budget de chaque Etat membre et ferait des recommandations lorsque nécessaire ». Est-ce à dire que les Etats membres doivent s'attendre à une tutelle européenne sur leurs budgets et leurs dépenses sociales ? Jeudi dernier, l'annonce de la «rigueur» budgétaire pour les trois années à venir était un message aux marchés.

La rigueur fait peur, même à droite.

Lundi après midi, Nicolas Sarkozy avait convoqué un nouveau sommet social. Il a commencé par rappeler combien la France s'en sortait mieux que ses voisins grâce à l'action de son gouvernement: «le climat des affaires s'améliore, la production manufacturière se redresse, les défaillances d'entreprise sont en recul, la consommation des ménages continue d'augmenter et la hausse du chômage est considérablement ralentie». Bref... Que du bonheur ! Puis il précise sa gestion rigoureuse
: «Nous avons un objectif clair, celui de redresser nos finances publiques. C'était notre objectif avant cette crise financière et cela le demeure. Nous ne changeons pas de cap. Nous maintenons notre stratégie». Le Figaro souligne la politique responsable d'un Monarque qui refuse l'austérité. Responsable ? A en croire ses conseillers, l'homme vient de convaincre ses partenaires européens de claquer jusqu'à 500 milliards sur le dos des contribuables européens !!

Lundi, la tension était palpable. Les syndicats invités n’ont pas apprécié qu’en plein débat sur les retraite, alors que les aides « exceptionnelles » débloquées pour cause de crise en 2009 risquent de s’éteindre, François Fillon se serve de l’exemple grec pour annoncer un gel des dépenses de l’Etat, sociales y comprises, jusqu’en 2013. Sarkozy a donc lâché du lest. Le Monarque ne veut pas handicaper sa campagne de réélection en 2012 – et celle de sa majorité. Il avait quelques modestes cadeaux dans sa besace : les aides au chômage partiel et à la formation en alternance seront donc prolongées. Le fonds d'investissement social sera ainsi prolongé jusqu'à la fin de l'année. Sarkozy est heureux: grâce à lui, «c'est ainsi que 120 000 personnes bénéficient à fin mars du contrat de transition professionnelle ou de la convention de reclassement personnalisé». Il a aussi proposé que le contrat de transition professionnelle, un contrat trop coûteux pour être étendu largement, sera expérimenté sur d'autres bassins d'emplois. Lundi, Sarkozy se voulait aussi compatissant, rappelant le fameux plan Rebond pour l'emploi : «Maintenir notre effort, c'est aussi prêter une attention toute particulière aux plus fragiles d'entre nous, car nous savons bien, à l'aune des expériences passées, que ce sont eux qui bénéficieront en dernier des effets de la reprise

D’autres aides, comme le dispositif "zéro charge" permettant une exonération de charges sociales lors de l'embauche d'un salarié par les très petites entreprises, s'arrêteront fin juin.

Autre cadeau: Sarkozy a promis que la réforme des retraites serait juste..., c'est à dire :
«- qu'elle concernera tous les actifs, ceux du secteur privé comme ceux du public ;
  - qu'elle apportera des réponses à l'emploi des seniors mais aussi à la pénibilité car certains ont des vies professionnelles beaucoup plus dures que d'autres ;
  -qu'elle sera progressive : il n'est pas question de changer brutalement les règles pour ceux qui sont proches de l'âge de la retraite ;
  - qu'elle renforcera l'équité du système par un effort financier supplémentaire des hauts revenus et des revenus du capital.
»

Mais il précise sa pensée, sur la réforme des retraites : «Il y a (...) deux solutions qui ne paraissent pas souhaitables: toucher aux pensions des retraités et croire, comme trop souvent dans le passé, que la hausse des prélèvements obligatoires pourrait être la réponse à toutes nos difficultés. » 

Qui prétend le contraire ? La totalité des organisations syndicales et de l'opposition (majoritaire dans le pays si l'on en croit les récentes élections intermédiaires) n'attendent qu'une chose : que Nicolas Sarkozy fasse supporter sur les revenus des plus fortunés, du patrimoine et du capital la juste part d'un effort de solidarité nationale.
 
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Expat


Hors ligne

Inscrit le: 27 Avr 2008
Messages: 424

MessagePosté le: Mar 11 Mai - 19:55 (2010)    Sujet du message: 9 mai 1950 - 9 mai 2010 : L'Europe en train de mourir ? Répondre en citant
Il y a, a mon sens, dans tout ceci , une explication.

Revenons a 2007-2008. La crise bancaire americaine est a son apogee, Freddy Mac et Fanny Mae sont au bord de l'effondrement, les banques americaines doivent passer des provisions stratospheriques pour encaisser le choc des subprimes, au secours la FED!

Celle-ci, dont le patron, Bernanke, est un specialiste de la crise de 29,  joue donc un role qui n'est pas le sien: Elle garantit les emprunts, les pertes, les conneries, les aneries, sachant qu'un sytsteme bancaire qui s'ecroule, c'est la depression, et 50 millions de chomeurs dans les 3 ans.

Elle va pourtant faire une exception: Lehman Brothers.
 La Banque d'Affaires qui fait la pluie et le beau temps sur les produits derives et la titrisation a Wall Street depuis des annees est dans une situation critique. Elle appelle, comme les autres, au secours. Et la Bernanke laisse parler son coeur
. On ne levera pas le petit doigt pour ces banksters qui ont mis les Etats Unis dans cet etat, Lehman s'ecroule, et sa chute, par l'effet bien connu des dominos, deculpe les effets nefastes d'une crise alors en passe d'etre dominee.
 Il ne s'agit pas ici de defendre Lehman, mais bien d'expliquer la catastrophe qu'a ete pour l'economie  americaine  la disparition de ce qui etait le pivot de l'economie pseudo- virtuelle sur laquelle se basait la croissance americaine jusqu'alors..
 Purge salutaire  ? Pas encore, car reste Goldman Sachs, mais c'est une autre histoire.

La Gouvernement Grec conservateur de 2007-2008 a nique tout le monde. Les preteurs, en leur presentant des bilans resolument truques, L'Europe, en lui mentant effrontement. Sa population, en lui vendant un welfare improbable .
Le Chef de gouvernement socialiste fraichement elu decouvre le pot aux roses. Sa premiere reaction n'est bien entendu pas de se repandre dans les medias, mais d'aller voir Trichet pour lui expliquer la situation. Celui-ci  repond froidement que la Grece n'a rien a attendre de lui, la BCE n'ayant pas mandat pour sauver les canards boiteux.

Au fur et a mesure du developpement de la crise grecque, le spectre de Lehman se fait de plus en plus present.

 Face a la raideur, justifiee puisque inscrite dans les traites, de la BCE et  la pression electorale que Merkel a du affronte, Sarkozy n'a cesse d'agiter l'epouvantail Lehman, expliquant a qui voulait l'entendre que laisser tomber la Grece aurait les memes effets que la chute de cette banque. Ethiquement indefendable, certes, mais economiquement ultra-risque. L'Europe n'aurait pas les moyens aujourd'hui d'une telle purge, sans d'ailleurs prejuger de ce qui pourrait arrive, sans reaction commune forte, du Portugal ou de l'Espagne.

La Grece est certainement condamnable, comme Lehman Brothers. Les deux se sont goinfres sur des mensonges, de la quasi-escroquerie, et de la cavalerie virtuelle. Je pense neanmoins que la reaction europeenne a ete la bonne. Les Etats Unis ont la vitalite necessaire pour rebondir apres de genre de tsunami. Pas l'Europe.
Revenir en haut
Roulleaux Dugage


Hors ligne

Inscrit le: 25 Avr 2008
Messages: 1 105
Localisation: Houilles 78
Masculin

MessagePosté le: Mer 12 Mai - 15:43 (2010)    Sujet du message: 9 mai 1950 - 9 mai 2010 : L'Europe en train de mourir ? Répondre en citant
Moralité ... moralité ...


Est-il moral pour la BCE et le Conseil des Ministres de violer ainsi les traités ? La presse allemande accuse Sarko d'avoir flinguer l'euro et la politique monétaire commune et que les ricains n'auraient pas fait mieux, carrément.   


Cf. l'édito de Courrier International de cette semaine que je vous conseille d'acheter.  

http://www.courrierinternational.com/magazine/2010/1019-la-fin-de-l-europe-…


Nous risquons à ce stade de voir l'Europe ni plus ni moins voler en éclats : Europe du Nord en proie aux nationalismes contre Europe du Sud en proie au parasitisme ...
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Vincit Omnia Veritas


Hors ligne

Inscrit le: 28 Avr 2008
Messages: 102
Localisation: Bretagne
Masculin
Adhérent MoDem ?: Non

MessagePosté le: Mer 12 Mai - 16:36 (2010)    Sujet du message: 9 mai 1950 - 9 mai 2010 : L'Europe en train de mourir ? Répondre en citant
Expat a écrit:


La Grece est certainement condamnable, comme Lehman Brothers. Les deux se sont goinfres sur des mensonges, de la quasi-escroquerie, et de la cavalerie virtuelle.


Les deux sont surtout des victimes de... Goldman Sachs !

Goldman Sachs qui vient d'annoncer que pendant les 63 jours ouvrés du premier trimestre, tous les jours, sans aucune exception, ses traders ont gagné de l'argent. 25 millions de dollars de gain en moyenne par jour, mais plus de 100 millions de dollars par jour de gain en moyenne pendant les 35 meilleures journées. Au total, prés de 10 milliards de profits sur la spéculation au premier trimestre, soit prés de 80 % du revenu total de la banque d'affaires américaine.
Et surtout pas un seul jour de perte !!! Que ça monte ou que ça descende GS gagne...
C'est soit un miracle, soit un mystère. Comment peut on gagner à tous les coups ? A tous les coups. Sans exception. Pas une.
Revenir en haut
Expat


Hors ligne

Inscrit le: 27 Avr 2008
Messages: 424

MessagePosté le: Mer 12 Mai - 17:34 (2010)    Sujet du message: 9 mai 1950 - 9 mai 2010 : L'Europe en train de mourir ? Répondre en citant
Je vais essaye de repondre a la fois a Roulleaux et a VOV.

Goldman Sachs profite d'un vide juridique international
. Une banque est censee servir d'intermediaire, entre les investisseurs A et les industriels B, pour resumer. Elle prend sa com, jusque la, rien a dire.

Lehman Brothers, Morgan Stanley et GS, des banques americaines, comme c'est surprenant, ont ete les initiateurs d'une autre forme d'activite bancaire: la creation de produits
. Il n'agissaient donc plus en intermediaire, mais en acteur, jouant le role de A ou de B en fonction de ses interets propres. Bientot rejoints par les Anglais, RBS, Barclay;s, puis par les suisses, jusqu' aux soi-disants integres allemands de Deutsche Bank.

Les Francais, BNP, SG et consorts, se sont vu interdire ce genre de jeu, les regulations francaises etant , Dieu merci, parmi les plus strictes du monde, la France etant d'ailleurs le pays ou les amortisseurs sont les plus efficaces. Les "affaires" francaises se limitant a des traders qui ont perdu la boule.

Apres la tornade bancaire, Goldman Sachs, qui s'en est tire, continue a jouer, puisque personne n'a les couilles de pondre une regulation bancaire internationale definitivement contraignante.

Le combat de la BCE contre Goldman Sachs est inegal. On demande de la morale a l'une pour contrer l'amoralite de l'autre. Goldman, et tous les speculateurs, visent ce talon d'Achille pour faire du fric sur les faiblesses, criantes certes, des pigs.

Face a ces salopards, il convient d'etre encore plus retord.

 La BCE enfreint les regles, ca emmerde qui? Les speculateurs d;abord, et ca m'interesse. Les pirates de la finance pensaient la BCE rigidifiee par les traites. Celle-ci les surprend en ayant un comportement de corsaire, imprevisible et efficace.

Car la BCE est libre et independante,  Tous ceux qui pleurnichent a l'interventionisme de la BCE sur les marches des obligations d;Etat sont, pour leur grande majorite, des sous-ensembles de speculateurs qui hurlent a l'escroquerie, parce qu'ils n'imaginaient pas la BCE capable de ce genre d'initiative.

Les truands se font truander par plus truand qu'eux,  

    Parfait.
Revenir en haut
Vincit Omnia Veritas


Hors ligne

Inscrit le: 28 Avr 2008
Messages: 102
Localisation: Bretagne
Masculin
Adhérent MoDem ?: Non

MessagePosté le: Mer 12 Mai - 19:01 (2010)    Sujet du message: 9 mai 1950 - 9 mai 2010 : L'Europe en train de mourir ? Répondre en citant
Expat a écrit:

Les truands se font truander par plus truand qu'eux,  
 


Pas sûr du tout...

Les "anciens" de Goldman Sachs sont partout dans la haute sphère financière, y compris à la BCE. Un de successeur présumé (un italien dont j'ai oublié le nom) en fait partie !

GS c'est une secte.

Devine qui a gagné lors du plongeon de jeudi-vendredi et de la reprise de lundi ? Pas les petits porteurs bloqués par des "problèmes techniques".
Revenir en haut
Expat


Hors ligne

Inscrit le: 27 Avr 2008
Messages: 424

MessagePosté le: Mer 12 Mai - 20:00 (2010)    Sujet du message: 9 mai 1950 - 9 mai 2010 : L'Europe en train de mourir ? Répondre en citant
Que d'anciens de GS soient en poste a la BCE est plutot une bonne nouvelle. Les anciens criminels font les meilleurs flics, ce n'est pas Vidocq qui me contredira.
Les petits porteurs se font avoir? Est-ce bien nouveau? Ceux-ci ne comprennent rien aux regles boursieres sont les gogos reves pour tout broker un peu intelligent. Plutot que de s'imaginer gagnants au loto boursier, ils feraient mieux d'utiliser leur bas de laine avec un peu plus de discernement.
Dans cette jungle, vae victis!
Revenir en haut
Roulleaux Dugage


Hors ligne

Inscrit le: 25 Avr 2008
Messages: 1 105
Localisation: Houilles 78
Masculin

MessagePosté le: Jeu 13 Mai - 21:31 (2010)    Sujet du message: 9 mai 1950 - 9 mai 2010 : L'Europe en train de mourir ? Répondre en citant
Oui sans doute d'accord avec tout ça mais la Commission et le conseil des ministres viennent de créer un précédent particulièrement fâcheux. 
Si d'autres états-membres remplissent les mêmes critères que la Grèce (ce qui est facile), ils voudront avoir les mêmes "facilités". 
La BCE se transformant de facto en FMI bis, l'euro va perdre dans la foulée sa valeur de contrepoids monétaire de choc qui constituait au départ sa qualité essentielle.
Quant à GS, je ne vois pas de défaite en vue les concernant, ils s'en sortent nickel avec plein de golden roupettes, contrairement à la BCE qui vient de bouffer son chapeau. 
L'Europe s'est fait proprement avoir dans cette affaire, piégé non pas par les marchés dont elle pouvait parfaitement faire abstraction, mais par ses propres états-membres en quasi-faillite qui se sont ligués aux grands cris hypocrites de "sauvons la Grèce, sauvons la Grèce" pour faire banquer la banque comme larrons en foire. La solidarité là dedans ? Tu parles ... En fait de solidarité là dedans avec les grecs, ce sont les chefs de gouvernement en déroute financière qui veulent mettre du beurre dans leurs propres épinards.
Car la Grèce, soyons clairs, tout le monde s'en tape.
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 02:45 (2017)    Sujet du message: 9 mai 1950 - 9 mai 2010 : L'Europe en train de mourir ?
Revenir en haut
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forum alternatif du Mouvement Démocrate Index du Forum // Actualités politiques // Europe Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
// Theme Created By: // Icons in Part By:
Powered by phpBB © 2001, 2017 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com