Bienvenue à tous !  
Conçu dans la tradition ouverte et intelligente de l'ancien forum udf.org des années 2005-2007, l'un des meilleurs forums politique d'humeur et d'humour  des années 2000, malheureusement fermé depuis, ce forum a été concu par des anti-apparatchiks membres ou simples sympathisants du Mouvement Démocrate qui ont voulu préserver cette tradition au service d'un Mouvement Démocrate ouvert et réactif ... Actuellement peu ou prou en sommeil dans un contexte de "léthargie du centre", il n'attend plus que vous pour reprendre de sa dynamique. Les propos sur ce forum étant modérés a posteriori, ils sont donc libres et responsables et n'engagent prioritairement que leurs auteurs. Contact : forum.ccbs@laposte.net   
Démographie, le gros mot

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forum alternatif du Mouvement Démocrate Index du Forum // Actualités politiques // France
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Lotaire


Hors ligne

Inscrit le: 25 Fév 2010
Messages: 1

MessagePosté le: Ven 12 Mar - 17:04 (2010)    Sujet du message: Démographie, le gros mot Répondre en citant
Alfred Sauvy a imposé un France et avec d'autres dans les pays développés la doxa nataliste. Et il l'a imposé dans des débuts intéressants, au coeur de l'état Vichyste, en Osmose avec le travail et la patrie... la famille.

Au-delà de la mécanique fasciste, il y a en cela le dogme libéral : la croissance, infinie, perpétuelle et surtout non interrogeable.
Car faire des enfants, c'est en effet faire de nouveaux producteurs et surtout une nouvelle main d'œuvre, mais plus que tout, de nouveaux consommateurs.

Or, en quoi la croissance de la population est-elle une nécessité pour le développement humain ? Je dis bien humain.
Certes pour le développement monétaire, il y a un effet mécanique, quoiqu'on pourrait encore en discuter.
Mais pour le développement humain ? Et même pour l'innovation technique... En quoi 6 milliards seraient-ils plus innovants que 2 ou qu'1 seul milliard ?

Les seuls arguments concrets posés par les prêtres natalistes, serait le vieillissement (dont on ne voit pas qu'il faiblisse grâce aux politiques natalistes françaises) et les retraites (et donc il faudrait faire toujours plus d'humain, 30 milliards, 50, 100 etc.. or nous nous arrêterons de toute façon entre 12 et 15.. et là.. ? ).

Depuis 2005, nous avons passé un cap. Notre génération (actuellement 35ans à peu près) consomme 120 % des ressources renouvelables en une génération. Soit 20 % qui sont pris sur la génération suivante. Et ce pourcentage augmente vite.

Les tech nano et bio supprimeront ces barrières ? Croire à cela ne relève pas de la foi, mais de la mystique miraculeuse.

Hervé Le bras en France, en digne grand prêtre de cette orthodoxie nataliste, exhorte, comme toute l'école démographique à la production de bébés... Alors que l'innovation technique elle-même supprime chaque jour du travail humain, que les délocalisations sont massives et que le chômage augmente sur la longue durée sans accroc notoire (si ce n'est dans la fabrication des indicateurs - ce que dénonce les statisticiens de l'Insee).
Il dire qu'être démographe en France impose, soit de ne pas faire d'économie et d'accepter de croire, soit de faire de l'économie mais uniquement sur un axe Hayek/Friedman/Rawls/Giddens, à savoir du néolibéralisme mâtiné d'un discours social purement sophistique.


Votre avis ?
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Ven 12 Mar - 17:04 (2010)    Sujet du message: Publicité
PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Roulleaux Dugage


Hors ligne

Inscrit le: 25 Avr 2008
Messages: 1 105
Localisation: Houilles 78
Masculin

MessagePosté le: Sam 13 Mar - 01:23 (2010)    Sujet du message: Démographie, le gros mot Répondre en citant
Je trouve que votre vision repose sur une vision pessimiste de l'humanité et ne comprend pas les réels problèmes sociaux posés par la dénatalité, par exemple en Allemagne, au Royaume Uni ou en Europe du Nord. 


Le premier effet induit, c'est la nécessité financière de retarder les départs en retraite, ce qui n'est pas une bonne chose en soi : il n'est pas évident de vivre mieux à 65 ans de nos jours comme dans les années 70, les causes de mortalité en relation avec le stress de la vie augmentant de jour en jour. De plus les retraites étant pauvrement indexées, l'inflation (cf. ci dessous) occasionnera une baisse de la qualité de vie de la population inactive.

Le second effet induit, c'est le rétrécissement des marchés. Une population vieillissante consomme moins, et participe moins au renouvellement des offres renouvelables, notamment celles issues de la haute technologie, de l'agro alimentaire, de la communication, dans le secteur de la santé ou du transport. Outre une réduction des échanges qui provoque l'inflation des prix venant compenser les pertes d'exploitation des producteurs et intermédiaires, cela occasionne des baisses de TVA donc une chute sensible des revenus de l'Etat.

Le troisième effet induit, c'est une perte identitaire, car une population vieillissante appelle de l'immigration, occasionnant des confrontations culturelles pas toujours faciles à régler. Le problème de l'intégration de la communauté turque en Allemagne est à cet égard saisissant.

Une population jeune est en revanche plus facilement migrante et cette expansion culturelle a des effets économiques et sociaux importants, cf. par exemple l'expansion de la communauté hispanique aux USA et en Europe. Un opérateur espagnol dispose actuellement de facilités d'implantation dans le monde entier nettement supérieur à celles d'un anglais ou d'un américain ou d'un chinois. 

La seule limitation possible à la natalité, c'est la possibilité de subsistance et les mécanismes naturels éuilibrent cet aspect des choses. Là je suis très cynique, mais si la Terre ne peut nourrir plus de 10 milliards d'êtres humains, le milliard excédentaire crèvera nécessairement de faim.

Tout ça pour dire que l'Etat doit se montrer humaniste et "socialibéral" en la matière, une politique dénataliste serait d'ailleurs incompatible avec nos traditions et nos valeurs car on voit mal comment l'Etat pourrait en respectant nos libertés publiques décréter le nombre des naissances.

Et puis être humaniste, c'est aussi et surtout avoir confiance en l'Homme. Les dogmes judéo-chrétiens que vous semblez critiquer (notamment le "croissez et multipliez-vous" de la Genèse) doivent être entendus sous cet angle. C'est une invitation à la liberté de procréer et à la confiance en l'avenir de l'Homme.


Une natalité positivement équilibrée est la preuve d'une économie dynamique qui améliore d'autant les problèmes sociaux du moment. Une bonne natalité, une économie saine ne peut que participer favorablement aux problèmes sociaux.
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 01:20 (2017)    Sujet du message: Démographie, le gros mot
Revenir en haut
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forum alternatif du Mouvement Démocrate Index du Forum // Actualités politiques // France Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
// Theme Created By: // Icons in Part By:
Powered by phpBB © 2001, 2017 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com