Bienvenue à tous !  
Conçu dans la tradition ouverte et intelligente de l'ancien forum udf.org des années 2005-2007, l'un des meilleurs forums politique d'humeur et d'humour  des années 2000, malheureusement fermé depuis, ce forum a été concu par des anti-apparatchiks membres ou simples sympathisants du Mouvement Démocrate qui ont voulu préserver cette tradition au service d'un Mouvement Démocrate ouvert et réactif ... Actuellement peu ou prou en sommeil dans un contexte de "léthargie du centre", il n'attend plus que vous pour reprendre de sa dynamique. Les propos sur ce forum étant modérés a posteriori, ils sont donc libres et responsables et n'engagent prioritairement que leurs auteurs. Contact : forum.ccbs@laposte.net   
Sondages commandés et subventionnés par l'Elysée

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forum alternatif du Mouvement Démocrate Index du Forum // Actualités politiques // France
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Roulleaux Dugage


Hors ligne

Inscrit le: 25 Avr 2008
Messages: 1 105
Localisation: Houilles 78
Masculin

MessagePosté le: Sam 18 Juil - 13:04 (2009)    Sujet du message: Sondages commandés et subventionnés par l'Elysée Répondre en citant
D'après http://www.rue89.com/en-faire-un-sondage/2009/07/18/opinionway-les-sondages… et http://www.mon-sondage.com/Sondage/676/150-reactions-polemique-autour-d-un-…

L'Elysée a payé à OpinionWay 392 228 euros pour des sondages parus dans Le Figaro et sur LCI et largement commenté ailleurs dans l'audiovisuel public ou dans la presse gratuite notamment. Une somme difficile à justifier.

       

Un rapport de la Cour des comptes publié ce jeudi indique que l'Elysée a payé en 2008 à OpinionWay 392 228 euros pour des sondages parus dans Le Figaro et sur LCI. Quand l'opposition se plaignait des sondages très préremptoires d'OpinionWay, on avait de bonnes raisons de croire qu'il s'agissait d'avis quelque peu biaisés et orientés.

Quand des internautes, notamment d'anciens salariés d'Opinion Way, dénonçaient sur la toile les méthodes sondagères très expéditives et invérifiables de ses prospections sondagères via l'internet, et permettait ainsi tous les tripatouillages avec l'aide de certains militants UMP savamment prospectés, certains hurlaient à l'antisarkozisme primaire et à des manoeuvres de victimisation de François Bayrou et du MoDem en particulier.

Quand c'est la Cour des Comptes, forcément on dresse l'oreille. Près de 300 000 euros par an pour un sondage disponible gratuitement dans toute la presse, surtout quand on sait que les autres instituts dans l'ensemble tirent le diable par la queue ces derniers temps et en période de restrictions économiques, ce n'est pas rien.

Les études par Internet, moins chères mais moins fiables ?


En attendant le travail d'un journaliste qui parviendrait (souhaitons-lui bonne chance ! ) à obtenir de quelques instituts un « porte-monnaie des sondages aux rayons x » sérieusement chiffré, livrons-nous ici à un exercice d'estimations en prenant pour exemple un baromètre hebdomadaire en ligne (comme le Politoscope d'OpinionWay).

Il faut savoir que l'interrogation par Internet a divisé le coût du recueil d'information par 3 ou 4. Au lieu de payer des enquêteurs à arpenter les rues et se heurter à des digicodes hermétiques et des habitants soupçonneux, au lieu d'appeler des milliers de gens au téléphone dont une écrasante majorité vous raccrochent au nez, il suffit avec Internet d'envoyer des mails à une base de données d'individus ayant accepté de répondre à des enquêtes, moyennant un dédommagement, le plus souvent en points de fidélité et autres bons cadeaux.

Ce qui pose d'énormes problèmes de représentativité, sporadiquement débattus mais finalement très minorés par les instituts. La plupart pratiquent ce type de sondages mais font le gros dos et profil bas quand le sujet revient : ils n'ont pas très envie d'en parler tant qu'ils n'ont pas trouvé de méthode pour, sans rien débourser, améliorer la valeur représentative des études par interrogation en ligne. Ça demande un peu de recherche, d'études (fondamentales) sur les études (appliquées)… Le cordonnier mal chaussé… je ne vous fais pas un dessin.

Les dirigeants d'OpinionWay ont adopté la stratégie opposée : ils sont d'énergiques défenseurs de l'idée que ces sondages sont aussi représentatifs que les autres et « évangélisent » le public sur ce thème dans de nombreuses tribunes. Et ils ne rencontrent guère de contradicteurs, car depuis cinquante ans les instituts de sondages ont ancré dans les esprits l'idée que pour être représentatif, il suffit d'avoir le bon nombre d'hommes et de femmes, de jeunes et de vieux, de chefs de famille ouvriers (au fait, c'est quoi un ouvrier en 2009 ? et un chef de famille ? ), de Savoyards et de Bretons…
Mais le débat de la représentativité est vaste, et il touche directement à des questions profondes sur la démocratie. Le sujet mériterait d'ailleurs un vrai débat public sur cette question. Chiche.

Comment se calcule le prix d'un sondage ?

Le principal coût des enquêtes en ligne est donc la « maintenance » de cette base de données (enlever les doublons, les adresses périmées, recruter de nouveaux individus prêts à répondre, etc .), ainsi que la mise en ligne du questionnaire. Son traitement informatique est également devenu facile et peu coûteux.

Aujourd'hui, si vous demandez à un prestataire d'enquêtes en ligne de poser un questionnaire de 20 minutes à un échantillon d'un millier de personnes, rien que pour vous, pour une seule fois, il vous prendra 5 à 6000 euros, traitement informatique compris mais sans compter l'analyse, que vous ferez vous-même.
Une étude récurrente comme le Politoscope Figaro-LCI est certainement moins coûteuse, c'est tout l'avantage des choses (y compris intellectuelles) que l'on produit en série.


Après, il y a le travail des analystes et les coûts de structure. En général, les instituts ont un « taux de marge » de 50% environ, ce qui veut dire en clair que l'on peut estimer également à 5 ou 6000 euros le travail d'analyse sur notre exemple. Bref, un tel baromètre hebdomadaire coûte au grand maximum 500 000 euros par an. Il contient également chaque semaine des questions confidentielles, achetées « à la pièce » pas très cher (entre 600 et 2000 euros la question), ou encore des traitements statistiques spécifiques des questions du « tronc commun » : ça ne fait pas beaucoup de travail en plus, et c'est de la marge en plus, puisque les coûts fixes sont amortis par les principaux commanditaires.

Ce sont ces questions ou traitements complémentaires que l'institut OpinionWay invoque dans son communiqué en page d'accueil pour justifier la vente à l'Elysée d'un sondage disponible à l'œil dans la presse. Ce en quoi il a bien raison : il s'agit d'une vraie prestation, pas d'une vente fictive.
Une estimation large donne une somme moitié moindre ...

Ce qui fait tiquer, c'est le montant : grosso modo, une journée de chargé d'études est facturée, tout compris (incluant salaire, charges sociales, frais de structure de l'entreprise, etc.), environ 800 euros. Mettons le double pour l'analyste expérimenté qui l'encadre. Et ajoutons encore -c'est large- 800 euros la journée de traitement informatique.
 
Chaque semaine, les petits traitements confidentiels comme ceux de l'Elysée coûtent donc, disons, une journée de travail de chargé d'études, une demi-journée de son chef (celui qui est payé le double) et une journée de traitement. Et allez, une fois par mois, le directeur du département politique vient en personne apporter son regard aiguisé, à 3000 euros la journée. Le coursier est offert, le café aussi. Ça fait 2400 euros la semaine, plus 3000 par mois, soit 156 000 euros par an. Admettons que les vendeurs d'OpinionWay soient plus convaincants que le commun des sondeurs. Mais à 392 000 euros ils sont beaucoup, beaucoup, beaucoup plus convaincants. Ça doit être ça qui énerve.

Surtout, attaquer des coups sondagiers en période électorale est devenu politiquement très risqué ...

Là est le vrai problème. Bayrou dénonçait des coups sondagiers pour dissuader l'électeur de voter pour lui aux présidentielles et pour les listes MoDem aux élections qui ont suivi.

Il s'agissait soit de clairvoyance ou soit de manoeuvre de "victimisation" comme le lui reprochait les journalistes bien intentionnés ou le trio UMP PS + Daniel Cohn Bendit.

Il est acquis que cette dénonciation a certainement provoqué une perte de points supplémentaires dans l'opinion publique, selon le principe "action réaction". Et qu'elle a abouti à privilégier médiocrement aux dernières élections le système UMPS actuellement en place.

Donc tout ceci pour dire qu'Opinion Way de fait a surfé avec la manne financière de l'Elysée et sur une opinion publique majoritairement réactionnaire et acculturée, "lepenisée" par les médias dominants, pour parvenir à ses fins, à savoir dégommer des partis politiques jugés dangereux, parce que trop indépendants des pouvoirs en place.

Ce n'est pas le PS qui est principalement visé là dedans car le PS a une assise très importante, bien que nettement caporalisée en ce moment, mais bel et bien le MoDem qui est le dindon de la farce.

Celui-ci devra s'attaquer au problème. Mais comment ? Comment s'attaquer à l'abstentionnisme (qui est la marque d'un totalitarisme rampant) ? Comment attaquer ce mouvement réactionnaire d'opinion qui fait également son lit (car "quand on est contre tout, on ne fait plus rien, on ne décide plus rien").


Dernière édition par Roulleaux Dugage le Sam 18 Juil - 15:28 (2009); édité 1 fois
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Publicité






MessagePosté le: Sam 18 Juil - 13:04 (2009)    Sujet du message: Publicité
PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Roulleaux Dugage


Hors ligne

Inscrit le: 25 Avr 2008
Messages: 1 105
Localisation: Houilles 78
Masculin

MessagePosté le: Sam 18 Juil - 15:26 (2009)    Sujet du message: Sondages commandés et subventionnés par l'Elysée Répondre en citant
Cf également un bon article dans le JDD là dessus.
http://poli-tic.lejdd.fr/2009/07/18/263-sondages-lopinion-publique-nexiste-…

Nous sommes en période sarkoziste, cad de conformisme réactionnaire. Les électeurs n'aiment pas être considérés dans le cadre là comme étant manipulés.
Ceux qui prétendent qu'ils le sont se discréditent immédiatement. A cet égard, Bayrou, même s'il avait probablement raison sur le fond, à savoir que les instituts de sondage sont des instruments de manipulation de l'opinion par le pouvoir en place, s'est tiré une balle dans le pied et a perdu 4 points aux élections en dénonçant cela car il a alors pris l'électeur à rebrousse-poil en se faisant passer pour un mauvais joueur mesquin et arrogant. Il s'est agi là d'une formidable erreur de communication et de positionnement.
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 05:19 (2017)    Sujet du message: Sondages commandés et subventionnés par l'Elysée
Revenir en haut
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forum alternatif du Mouvement Démocrate Index du Forum // Actualités politiques // France Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
// Theme Created By: // Icons in Part By:
Powered by phpBB © 2001, 2017 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com