Bienvenue à tous !  
Conçu dans la tradition ouverte et intelligente de l'ancien forum udf.org des années 2005-2007, l'un des meilleurs forums politique d'humeur et d'humour  des années 2000, malheureusement fermé depuis, ce forum a été concu par des anti-apparatchiks membres ou simples sympathisants du Mouvement Démocrate qui ont voulu préserver cette tradition au service d'un Mouvement Démocrate ouvert et réactif ... Actuellement peu ou prou en sommeil dans un contexte de "léthargie du centre", il n'attend plus que vous pour reprendre de sa dynamique. Les propos sur ce forum étant modérés a posteriori, ils sont donc libres et responsables et n'engagent prioritairement que leurs auteurs. Contact : forum.ccbs@laposte.net   
Mercier : le "Talleyrand" du MoDem ?

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forum alternatif du Mouvement Démocrate Index du Forum // Vie du MoDem // Niveau national
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Roulleaux Dugage


Hors ligne

Inscrit le: 25 Avr 2008
Messages: 1 105
Localisation: Houilles 78
Masculin

MessagePosté le: Ven 30 Jan - 00:42 (2009)    Sujet du message: Mercier : le "Talleyrand" du MoDem ? Répondre en citant
PARIS MATCH - 16 JANVIER 2009 - MERCIER, LE CENTRISTE QUI FAIT LA LOI AU SENAT  
 
Politique. Le sénateur du Rhône est à l’origine du vote sur l’augmentation de la redevance télévisuelle. Contre l’avis de Sarkozy et du gouvernement. Portrait d'un homme d'influence.  

 
C’est un homme discret mais très en cour à l’Elysée. Depuis que l’UMP n’a plus la majorité au Sénat, Michel Mercier, le président du groupe Union centriste, est incontournable. Surtout en ce moment : la vingtaine de voix centristes dont a besoin la majorité pour faire voter sa loi sur l’audiovisuel est loin d’être acquise.  
Mais le sénateur du Rhône est l’homme des missions difficiles. Nicolas Sarkozy lui doit déjà un sérieux coup de main pour l’adoption de la réforme de la Constitution [NDLR : il faut dire que le Sénat faisait une bonne opération dans cette affaire].  

Et Michel Mercier a réussi le tour de force de se faire réélire, à l’unanimité moins un bulletin blanc [NDLR : il s'agit de Jean Arthuis, comme par hasard ...], patron de son groupe hétéroclite : 29 sénateurs, appartenant pour beaucoup à l’un ou l’autre des deux partis ennemis du centre – le MoDem et le Nouveau Centre. Mais tous votent Mercier, car il possède un art rare : celui du compromis.  
Un compromis à géométrie variable. Au conseil général du Rhône qu’il préside, il travaille volontiers avec la gauche. A Paris, il est aux réunions de la majorité, à laquelle, dit-il, il appartient. Dans son coeur, il reste fidèle à François Bayrou, dont il est toujours le trésorier pour son MoDem. Mercier assume : «Je suis moi-même. La vérité n’est pas toute d’un côté.» Du coup, souligne un proche, «il est constamment assis entre deux chaises».  
Et Jacqueline Gourault, sénatrice MoDem du Loir-et-Cher, de renchérir : «Sa méthode? Faire parler les gens, en essayant de voir où trouver des solutions. » De son propre aveu, ce bon vivant, toujours charmant, est l’ami de tous : «Je ne me sens pas d’adversaire et je n’en cherche pas.»  
Pour voter la réforme de l’audiovisuel, il a posé deux conditions : «Une gouvernance stable et des recettes affectées.» Nicolas Sarkozy lui a déjà proposé un poste de secrétaire d’Etat. Il l’a refusé. Certains disent qu’il demande un maroquin ministériel. Sera-t-il un jour ministre? «Depuis le temps que vous en parlez... Demandez au président, c’est lui qui décide.» Il a vu Nicolas Sarkozy «il n’y a pas longtemps», glisse-t-il malicieusement.  
 
--------------------------------  
Drôle de personnage. 
 
Le pire ennemi de Michel Mercier sous la précédente législature, c'était "son" président, Christian Poncelet. Poncelet, le radsoc haineux lui "rentrait" constamment dedans. Les algarades entre eux lors des débats sur le loi sur le voile, c'était très très étonnant ; des foucades entre un bovidé à l'allure de gros plouc et un espèce d'aristo de province certes calme et courtois mais un peu compliqué à suivre.    
Mais voilà Poncelet parti,  
 
Mercier qui démissionne de la présidence de la Fédération du Rhône lorsque Bayrou rencontre en catimini Colomb pour négocier un projet de liste commune et alors que Mercier était pris en otage par Perben et sa clique de Millonnistes (Ex-RPR ayant passé un accord avec le FN pour faire élire Charles Millon ...).  
Mercier qui dans la défaite de Perben, dans le bazar local, arrive par miracle en slalomant une deux une deux entre les portes UMP, MoDem et UDF dissidents à conserver la Présidence du Conseil Général du 69.  
Mercier, ami de Bayrou, qui pourtant le dézingue lors de la dernière réforme constitutionnelle en le taxant opposant systématique ... Mercier qui déplore l'influence gauchisante de Marielle de Sarnez au sein du Mouvement Démocrate ...  
Mercier, objet d'une intrigue de couloir avec l'épisode de la note de l'infâme Paillé, souvenez-vous de ce minable coup tordu pour appuyer les manoeuvres d'Arthuis  :  
L'Elysée contre Bayrou 14:59 10/04/08 : une note détaille la stratégie de l'Elysée contre M. Bayrou
LE MONDE | 10.04.08 | 14h13 • 

En dépit des récents déboires électoraux rencontrés par le MoDem, le "cas" de son président, François Bayrou, continue d'occuper Nicolas Sarkozy, qui cherche à isoler l'ancien candidat à l'élection présidentielle. En témoigne une note de synthèse, adressée, lundi 7 avril, au chef de l'Etat, par l'un de ses conseillers, Dominique Paillé.

Dans cette note, dont Le Monde a reçu une copie, M. Paillé fait la liste de tous les éléments qui pourraient contribuer à fragiliser M. Bayrou. Le conseiller du président insiste notamment sur les "mouvements" qui sont récemment apparus au sein du groupe sénatorial centriste. M. Paillé se félicite que "les ministres centristes (Hervé Morin, Valérie Létard, André Santini - Christian Blanc se tient à part)" aient "redoublé d'assiduité auprès des sénateurs centristes pour leur proposer une alliance plus claire au sein du Nouveau Centre (NC)", parti composé d'ex-UDF qui ont rallié M. Sarkozy. Selon M. Paillé, "un tiers" du groupe sénatorial serait prêt à s'engager dans cette voie.

Le conseiller du chef de l'Etat indique que le président du groupe centriste, Michel Mercier, "a fait savoir à François Bayrou et Marielle de Sarnez qu'il ne les suivrait plus dans des opérations suicides et sectaires et que c'était là sa responsabilité de trésorier à la fois de l'UDF et du MoDem". 

"Jean Arthuis (président de la commission des finances du Sénat, qui a décidé de quitter le Modem) est venu s'aligner pratiquement mot pour mot sur (cette) position", ajoute-t-il.  
 
M. Paillé qualifie de "proposition pertinente" l'idée émise par le député européen centriste Thierry Cornillet, de "retravailler dans le cadre de l'UDF historique sans François Bayrou". La note de l'Elysée aborde très directement les ambitions personnelles des uns et des autres : " Michel Mercier souhaite sincèrement être ministre (...) Jean Arthuis veut conserver la présidence de la commission des finances en septembre prochain. Pierre Méhaignerie veut rester la référence centriste au sein de l'UMP."

 M. Paillé évoque enfin ce qui constitue un enjeu essentiel pour l'avenir politique du MoDem, et donc de son président : le partage des subventions publiques aux différentes formations politiques. "Il est clair qu'à quelques semaines du versement aux partis politiques de la dotation publique de l'Etat, les sénateurs centristes et de nombreux élus locaux ne veulent plus en faire bénéficier François Bayrou et Marielle de Sarnez", assure M. Paillé.

"En conclusion, indique-t-il, il est possible dans les semaines qui viennent que les UDF centristes historiques récupèrent même matériellement le siège du parti et tous les actifs qui y sont, lesquels appartiennent toujours formellement à l'UDF. Nous nous retrouverions alors avec un parti centriste supplémentaire (l'ancienne UDF) entre le NC et le MoDem." Patrick Roger

Michel Mercier, qui d'une pichenette concertée avec Bayrou et les autres membres du bureau politique, ont fait que Arthuis et Cornillet ont été obligé de claquer la porte du Bureau politique, en servant remarquablement bien alors les intérêts du Mouvement Démocrate ...

En effet, ce qui s'imposait en l'état de la résolution du 30 novembre 2007 au congrès de "mise en sommeil" de l'UDF votée par 99,9 % de ses membres, c' est que l'UDF restait cofondateur du MoDem, à qui elle délègue son action politique et à qui elle doit fournir ses moyens matériels et financiers durant la période transitoire de 3 ans. Les membres de l'UDF sont membres de plein droit du MoDem ; qu'en l'état de cette résolution,  il était rigoureusement impossible pour l'UDF de "lâcher" le MoDem ... (ou alors il fallait un nouveau congrès extraordinaire ...).
 
Mercier, en fait on ne comprend pas à quel jeu il joue.  Est-il en train de devenir le personnage central du Sénat ? On dit que ses rapports avec Larcher sont "excellents" et que Sarko lui court après pour en faire un ministre ... 
Il faut donc bien faire attention à ce qu'il va faire ...
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Publicité






MessagePosté le: Ven 30 Jan - 00:42 (2009)    Sujet du message: Publicité
PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Expat


Hors ligne

Inscrit le: 27 Avr 2008
Messages: 424

MessagePosté le: Ven 30 Jan - 17:49 (2009)    Sujet du message: Mercier : le "Talleyrand" du MoDem ? Répondre en citant
On se souvient du rapport Paille. On en a meme parle ici a l'epoque. Et depuis, Paille s'est fait humilie aux Senatoriales des Francais de l'Etranger.

Mercier, je n'en sais rien. Je ne le connais pas.
 D'apres ses faits et gestes, il a l'air plus proche du centrisme genre Marais, voguant au gre des humeurs du moment, girouette utile pour indiquer d'ou vient le vent, gardant des relations avec tout le monde, des amities avec personne. 
Son carnet d'adresses lui tenant lieu de conviction.
Un personnage type IVeme republique , incontournable et inutile. A l'aise dans la charniere, expert en joutes de couloirs. Ne rompant jamais definitivement, ne s'engageant que parcimonieusement.

 Le comparer a Talleyrand, c'est faire injure au Perigord. L'Eveque d'Autun n'avait pas seulement l'intelligence de sentir le vent, il le suscitait. Entre l'homme d'Etat qui a essaye de sauver ce qui pouvait l'etre en 1814 , y etant prepare puisqu'il avait compris 5 ans avant ce qui ne pouvait manquer d'arriver, et ce gentil notable, il y a un gouffre.. Un bas de soie. (la c'est trop, je sais, c'est juste pour le mot.)
Revenir en haut
Roulleaux Dugage


Hors ligne

Inscrit le: 25 Avr 2008
Messages: 1 105
Localisation: Houilles 78
Masculin

MessagePosté le: Mar 28 Avr - 16:59 (2009)    Sujet du message: Mercier : le "Talleyrand" du MoDem ? Répondre en citant
Si le MoDem progresse aux européennes, l'entrée de Michel Mercier au gouvernement parait inéluctable.

Nous verrons alors si Talleyrand avait raison :

" Le meilleur moyen de renverser un gouvernement, c'est d'en faire partie ".
" Un ministère qu'on soutient est un ministère qui tombe. "

A suivre ...
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
hirmente


Hors ligne

Inscrit le: 26 Avr 2008
Messages: 676
Localisation: Savoie- Suisse
Masculin
Adhérent MoDem ?: Non

MessagePosté le: Mar 28 Avr - 17:08 (2009)    Sujet du message: Mercier, la marquise? Répondre en citant
Si Mercier entre au gouvernement du Minus et de ses bécasses,
je demande à ce qu'il soit RAYÉ du MoDem.
Faute de quoi, je déchire ma carte.
D'ailleurs, je te remercie d'avoir attiré mon attention :
Je paierai ma cotisation 2009 quand on aura tiré les choses... "au clerc".
(Je tends l'oreille!)
Revenir en haut
Roulleaux Dugage


Hors ligne

Inscrit le: 25 Avr 2008
Messages: 1 105
Localisation: Houilles 78
Masculin

MessagePosté le: Mar 28 Avr - 23:55 (2009)    Sujet du message: Mercier : le "Talleyrand" du MoDem ? Répondre en citant
Tu as peut-être raison, je deviens cynique ... Mais quand on parle du loup, il reparait :

flash width= height= loop=true]

Le Talk - Michel Mercier (courte) - Le Figaro
Le sénateur du Rhône et Président du groupe Union centriste au sénat était l'invité du Talk.[/flash]
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Roulleaux Dugage


Hors ligne

Inscrit le: 25 Avr 2008
Messages: 1 105
Localisation: Houilles 78
Masculin

MessagePosté le: Lun 18 Mai - 11:40 (2009)    Sujet du message: Mercier : le "Talleyrand" du MoDem ? Répondre en citant
Européennes : temps de parole, le cadeau fait à François Bayrou
Par Julien Martin | Rue89 | 15/05/2009 | 16H59

Pressenti au gouvernement, le président des centristes au Sénat lui a offert un cadeau d'adieu : vingt minutes de spots électoraux.

Attention, modèle de tambouille politique ! Dans les deux dernières semaines de campagne des élections européennes, du 25 mai au 5 juin, les partis politiques en lice se partageront trois heures de spots électoraux sur les télévisions et radios publiques.
Les groupes parlementaires, à l'Assemblée nationale et au Sénat, parrainent les partis politiques de leur choix pour deux de ces trois heures d'antenne. Six partis se partageront ce temps de parole. La dernière heure sera divisée entre dix-huit autres partis qui en ont déjà fait la demande (NPA, FN, Europe Ecologie…), s'ils déposent une liste dans au moins cinq circonscriptions.
Dans ces six partis qui trusteront télés et radios, on retrouve évidemment l'UMP, le PS, le Nouveau Centre, le PCF, mais également, et c'est plus surprenant, le PRG et le MoDem. Surprenant pour le PRG car ils ne devraient pas présenter de listes aux européennes, mais ont un groupe au Parlement (ils pourraient soutenir un autre parti ou critiquer le mode de scrutin). Et pour le MoDem, puisqu'il ne dispose pas de groupe ni à l'Assemblée nationale ni au Sénat.
Qui a donc permis au parti de François Bayrou de disposer de vingt minutes de spots multidiffusés (deux heures divisées par six partis) au lieu des trois minutes et vingt secondes qui reviendront aux autres partis qui n'ont pas été parrainés ? Réponse : le groupe Union centriste du Sénat, au sein duquel les alliés au MoDem n'ont pourtant pas la majorité !
La voix prépondérante de Michel Mercier
Selon nos informations, la scène se déroule il y a quinze jours, lors d'une réunion dudit groupe. Un vote est organisé parmi les vingt-neuf membres. Résultat : vingt-deux suffrages exprimés, onze pour, onze contre. Mais le vote du président de groupe, le sénateur du Rhône Michel Mercier, est prépondérante. Et ce dernier a opté pour le parrainage du MoDem.
La décision a de quoi interpeller. Si Michel Mercier demeure trésorier du MoDem, il n'est plus depuis longtemps sur la même ligne politique que François Bayrou. Le président du MoDem s'est mué en farouche opposant à Nicolas Sarkozy, qui le lui rend bien ; alors que le trésorier du même parti est plus que pressenti pour faire son entrée au gouvernement, via le ministère de l'Agriculture que laissera vacant Michel Barnier.
Pour comprendre ce vote, il faut se plonger dans les affres des divisions centristes. Si à l'Assemblée les choses sont claires (le Nouveau Centre a vingt-et-un députés, le MoDem trois), c'est loin d'être le cas au Sénat.
Sur les vingt-neuf membres du groupe Union centriste, dix sont au Nouveau Centre et dix-neuf à l'UDF-MoDem (cette dénomination demeure pour des raisons de financement des partis politiques). Mais, parmi ces dix-neuf, seuls six soutiennent François Bayrou. Les treize autres sont en majorité derrière l'ex-ministre Jean Arthuis, réunis sous la bannière Rassembler les centristes, dans l'attente d'un hypothétique rassemblement.
Michel Mercier tente lui, tant bien que mal, de maintenir une certaine cohésion : avoir un groupe permet de peser sur les débats au Parlement. « Il fait aussi le job pour Nicolas Sarkozy », commente un membre du Nouveau Centre. Traduction : il incite ses collègues à voter en faveur des textes du gouvernement.
« Leur long passé politique commun »
Pourquoi l'oeil de Nicolas Sarkozy a-t-il donc fait ce cadeau à François Bayrou ? L'intéressé a refusé de répondre aux questions de Rue89, mais le décryptage est aisé pour l'un de ses collègues au Sénat :


Citation:
« C'est un dernier cadeau à Bayrou pour solde de tout compte de leur long passé politique commun, avant que Mercier ne rejoigne probablement le gouvernement. Il y a une sorte de boyscoutisme chez les centristes… L'Elysée n'en a tenu rigueur à personne dans le groupe, ils ont été grands seigneurs dans cette affaire. »



Les sénateurs encartés au Nouveau Centre, qui ont tous voté contre cette initiative, rongent leur frein en silence, même s'ils disent comprendre le sens du choix de Michel Mercier, davantage politicien que politique. L'un d'eux :

Citation:
« Ce n'est pas un choix politique. D'ailleurs, on n'aurait pas dû voter, il ne fallait pas parrainer de parti. Mais bon, on a quand même une vie de groupe à gérer et il y avait quelques tensions. On ne voulait pas continuer à faire la guerre à Bayrou. Et c'est aussi un enjeu démocratique car Bayrou va faire au moins 10% aux européennes. »



« J'espère que Bayrou aura un sursaut d'éthique »Jean Arthuis avait, quant à lui, choisi de voter blanc. L'influent président de la commission des Finances au Sénat ne souhaitait pas s'opposer par principe au parrainage du MoDem par le groupe Union centriste, malgré ses craintes :

Citation:
« Parrainer est un grand mot, disons qu'on ne s'y est pas tous opposés. Essentiellement pour ne pas victimiser Bayrou : qu'aurait-il dit si nous avions décidé du contraire ? Mais j'espère qu'on n'aura pas à la regretter et que ça lui permettra d'exprimer ses idées sur l'Europe. Parce que, pour l'instant, on semble déjà dans une pré-présidentielle. J'espère qu'il aura un sursaut d'éthique. »



Des craintes que la publication du récent livre de François Bayrou, « Abus de pouvoir » (éd. Plon), ne devraient pas faire s'envoler. Le président du MoDem y dépeint un Nicolas Sarkozy en « enfant barbare ». On a hâte de voir ce que cela donne en vidéo.
A lire aussi sur Rue89 et sur Eco89


Ailleurs sur le Web

_________________________

Mon commentaire : permettre au MoDem de s'exprimer via les spots électoraux officiels est très important.

D'abord parce qu'on va lui donner les moyens d'occulter immanquablement le PRG et le NC (ceux-là devraient fusionner tiens sous le sigle du PGG, "parti de la grande gamelle" , la gamelle où l'on bouffe, la gamelle que l'on se prend, aha aha assez ri).

Ensuite, ça lui permet de s'exprimer à temps égal avec le PS et l'UMP.

Quant à Mercier, le faire rentrer dans le gouvernement à un porte feuille important (affaires sociales notamment en remplacement de Borloo), c'est prendre le risque pour Sarko de faire rentrer un loup impavide mais habile dans la bergerie de la sarkozie où les neuneus et le n'importe quoi abondent ...

Bref, "Moet Hennessy" ...
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Roulleaux Dugage


Hors ligne

Inscrit le: 25 Avr 2008
Messages: 1 105
Localisation: Houilles 78
Masculin

MessagePosté le: Lun 25 Mai - 23:12 (2009)    Sujet du message: Mercier : le "Talleyrand" du MoDem ? Répondre en citant
Eh bé, si Mercier accepte le portefeuille ministériel du logement, il tombera bien bas dans mon estime ; c'est un portefeuille vide, y a pas un pélaud dedans.
C'est nul.
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
hirmente


Hors ligne

Inscrit le: 26 Avr 2008
Messages: 676
Localisation: Savoie- Suisse
Masculin
Adhérent MoDem ?: Non

MessagePosté le: Mar 26 Mai - 08:07 (2009)    Sujet du message: Mercier : le "Talleyrand" du MoDem ? Répondre en citant
Mercier, un Talleyrand?
Vous voulez rire, il n'en a certainement pas la carure.
Revenir en haut
Roulleaux Dugage


Hors ligne

Inscrit le: 25 Avr 2008
Messages: 1 105
Localisation: Houilles 78
Masculin

MessagePosté le: Jeu 28 Mai - 13:24 (2009)    Sujet du message: Mercier : le "Talleyrand" du MoDem ? Répondre en citant
aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaah mais je posais la question ...
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Roulleaux Dugage


Hors ligne

Inscrit le: 25 Avr 2008
Messages: 1 105
Localisation: Houilles 78
Masculin

MessagePosté le: Sam 20 Juin - 23:00 (2009)    Sujet du message: Mercier : le "Talleyrand" du MoDem ? Répondre en citant
Bon alors Mercier pressenti pour être Garde des Sceaux ...

Pas mal ... un légat du pape, démocrate-chrétien pur jus lyonnais, à la tête du marigot des "affaires" face à la magistrature "sournoise" comme dit Arachidati ...

Franchement Bayrou, faut pas qu'il le vire ... C'est trop marrant comme ça.
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Roulleaux Dugage


Hors ligne

Inscrit le: 25 Avr 2008
Messages: 1 105
Localisation: Houilles 78
Masculin

MessagePosté le: Mar 23 Juin - 23:06 (2009)    Sujet du message: Mercier : le "Talleyrand" du MoDem ? Répondre en citant
Tuyau crevé, il part à l'aménagement du territoire.
Je n'approuve pas mais c'est bien que ça ne fasse pas de vague.
D'ailleurs, le MoDem ne l'a pas viré puisque Mercier se met "en congé du parti" ce qui veut dire qu'il ne le quitte pas mais qu'il suspend son adhésion et son mandat au sein de celui-ci.
 
http://www.lepoint.fr/actualites-politique/2009-06-23/le-senateur-jegou-nom…

Cela est autrement plus fin que les sorties à la con de Morin, Sauvadet et Leroy, ces deux derniers se retrouvant d'ailleurs bien feintés actuellement dans le remaniement, bien fait pour leurs tronches.

Sarko a raison d'un certain point de vue ; le NC, ça pue et ça s'écrase du pied comme une merde, si possible du pied gauche, ça porte bonheur.
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 10:36 (2017)    Sujet du message: Mercier : le "Talleyrand" du MoDem ?
Revenir en haut
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forum alternatif du Mouvement Démocrate Index du Forum // Vie du MoDem // Niveau national Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
// Theme Created By: // Icons in Part By:
Powered by phpBB © 2001, 2017 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com