Bienvenue à tous !  
Conçu dans la tradition ouverte et intelligente de l'ancien forum udf.org des années 2005-2007, l'un des meilleurs forums politique d'humeur et d'humour  des années 2000, malheureusement fermé depuis, ce forum a été concu par des anti-apparatchiks membres ou simples sympathisants du Mouvement Démocrate qui ont voulu préserver cette tradition au service d'un Mouvement Démocrate ouvert et réactif ... Actuellement peu ou prou en sommeil dans un contexte de "léthargie du centre", il n'attend plus que vous pour reprendre de sa dynamique. Les propos sur ce forum étant modérés a posteriori, ils sont donc libres et responsables et n'engagent prioritairement que leurs auteurs. Contact : forum.ccbs@laposte.net   
Fin d'un monde

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forum alternatif du Mouvement Démocrate Index du Forum // Actualités politiques // Monde
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Expat


Hors ligne

Inscrit le: 27 Avr 2008
Messages: 424

MessagePosté le: Ven 12 Déc - 13:59 (2008)    Sujet du message: Fin d'un monde Répondre en citant
L'inimaginable va se produire.
En refusant d'accorder un peu d'oxygene et de temps a General Motors et a Chrysler, le Senat americain les condamnent a la faillite.
C'est pour plusieurs generations qui ont fantasme sur Buick, Cadillac, Pontiac ou Chevrolet, la fin d'un monde. La "belle americaine"  et la pin up a double air bag ne sont plus que nostalgies derisoires.

Symbole il y a encore peu d'une Amerique triomphante et prospere, Detroit s'ecroule dans la presqu'indifference generale. Le Michigan va morfler. Les quelques millions d'americains qui vivaient, directement ou indirectement, de l'industrie automobile vont passer un tres sale moment.
La France a vecu la tragedie de la desindustrialisation massive  du Nord et de l'Est, dont les effets se font encore sentir. Ce qui va arriver a la region des Grands Lacs est un maelstrom assez comparable.

A force de jouer avec le feu, de refuser de se transformer, de  payer ses ouvriers le triple que ce qu' allouent les constructeurs Japonais implantes aux Etats Unis a leurs employes, de continuer a fabriquer des monstres consommant en 100km la moitie du plein d'une europeenne, ils allaient inevitablement dans le mur.

Reconstruire prendra un temps fou. Une generation au moins y sera sacrifiee. Quelle chute! 
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Ven 12 Déc - 13:59 (2008)    Sujet du message: Publicité
PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
laure


Hors ligne

Inscrit le: 17 Sep 2008
Messages: 12
Localisation: Conflans Ste H
Féminin
Adhérent MoDem ?: Oui

MessagePosté le: Ven 12 Déc - 19:17 (2008)    Sujet du message: Michigan go blue Répondre en citant
Le désastre au Michigan a déjà commencé. Je lisais récemment (désolée, je n'ai plus la source) que cet état a perdu en 2007 50.000 emplois ...
En revanche il faut préciser qu'une faillite aus US n'a pas le même sens qu'en France. Il s'agit exactement d'une "mise sous protection du Chapitre 11 de la loi des faillites". Ce qui permet principalement pendant un temps qui peut d'ailleurs durer (la société qui me permet de nourrir ma famille est "sous Chapter 11 depuis Octobre 2005 ...) de geler les créances et renégocier avec le très puissant syndicat UAW les contrats des salariés, ainsi que leur plan de retraite, assurance santé, etc. C'est un processus sont la société est censée sortir à plus ou moins long terme et qui évite dans la plupart des cas le passage sous Chapter 7, qui lui signe son arrêt de mort.
Veuillez excuser quelque inexactitude de ce résumé, je ne suis pas spécialiste de droit des affaires américain, mais simplement employée en France d'un mastodonte ricain.
Revenir en haut
hirmente


Hors ligne

Inscrit le: 26 Avr 2008
Messages: 676
Localisation: Savoie- Suisse
Masculin
Adhérent MoDem ?: Non

MessagePosté le: Ven 12 Déc - 21:59 (2008)    Sujet du message: Re: Fin d'un monde Répondre en citant
Expat a écrit:
L'inimaginable va se produire. En refusant d'accorder un peu d'oxygene et de temps a General Motors et a Chrysler, le Senat americain les condamnent a la faillite.C'est pour plusieurs generations qui ont fantasme sur Buick, Cadillac, Pontiac ou Chevrolet, la fin d'un monde. La "belle americaine"  et la pin up a double air bag ne sont plus que nostalgies derisoires.

Symbole il y a encore peu d'une Amerique triomphante et prospere, Detroit s'ecroule dans la presqu'indifference generale. Le Michigan va morfler. Les quelques millions d'americains qui vivaient, directement ou indirectement, de l'industrie automobile vont passer un tres sale moment.
La France a vecu la tragedie de la desindustrialisation massive  du Nord et de l'Est, dont les effets se font encore sentir. Ce qui va arriver a la region des Grands Lacs est un maelstrom assez comparable.

A force de jouer avec le feu, de refuser de se transformer, de  payer ses ouvriers le triple que ce qu' allouent les constructeurs Japonais implantes aux Etats Unis a leurs employes, de continuer a fabriquer des monstres consommant en 100km la moitie du plein d'une europeenne, ils allaient inevitablement dans le mur.

Reconstruire prendra un temps fou. Une generation au moins y sera sacrifiee. Quelle chute! 



Expat, ne vois pas les choses pareillement noires. Le Sénat n'aura pas le dernier mot...
Revenir en haut
Aptien


Hors ligne

Inscrit le: 28 Avr 2008
Messages: 130
Masculin
Adhérent MoDem ?: Pas envie de le dire

MessagePosté le: Dim 4 Jan - 22:30 (2009)    Sujet du message: Fin d'un monde Répondre en citant
De toutes façons, il y aura bien quelqu'un pour reprendre e concept des grosses berlines à essence v8 et suspensions molles.
Où est le problème?
Moi si ça me va et que c'est Coréen, peu m'importe.
Revenir en haut
Roulleaux Dugage


Hors ligne

Inscrit le: 25 Avr 2008
Messages: 1 105
Localisation: Houilles 78
Masculin

MessagePosté le: Jeu 8 Jan - 12:07 (2009)    Sujet du message: Fin d'un monde Répondre en citant
Ben alors Aptien ?

Et la préférence communautaire nom de dlà ?

"l'Europe ! l'Europe ! en bondissant comme des cabris " disait l'autre ... 
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Expat


Hors ligne

Inscrit le: 27 Avr 2008
Messages: 424

MessagePosté le: Mer 18 Mar - 17:09 (2009)    Sujet du message: Fin d'un monde Répondre en citant
Autre monstre qui s'ecroule, AIG.
 Apres avoir englouti 180 milliards de dollars d'aides du gouvernement federal,. les bonus verses aus dirifeants, dont certains sont  en plus deja partis, de la division financiere du groupe sont  la goutte d'eau qui fait deborder le vase.
Le Secretaire d'Etat au Tresor est mal, puisque c'est lui, en tant que President de la Fed de New York, qui a initie les aides au groupe d'assurances.
L'opinion publique americaine, la bave aux levres, exige des tetes. Il semble donc acquis que le gouvernement  laisse tomber AIG. On sait que qu' AIG a deja regle pres de 90 milliards de dollards aux banques europeennes dont il etait l'assureur ( sans provisionner quoique ce soit dans ses bilans ) des aneries titrisatrices.
 C'est donc apres avoir pousser un gros ouf de soulagement que l'Europe va pouvoir observer la liquidation du plus gros groupe d'assurances du monde avec detachement , un rien de compassion, voire un leger rictus meprisant.
 Pour une fois, c'est le ricain qui s'est fait avoir.
Revenir en haut
advoc.diab


Hors ligne

Inscrit le: 12 Mai 2008
Messages: 592
Localisation: Auvergne
Masculin
Adhérent MoDem ?: Oui

MessagePosté le: Jeu 19 Mar - 17:13 (2009)    Sujet du message: Fin d'un monde Répondre en citant
Expat a écrit:
Autre monstre qui s'ecroule, AIG. Apres avoir englouti 180 milliards de dollars d'aides du gouvernement federal...


Je ne suis pas pour l'instant trop expert en économie contemporaine, juste un connaisseur superficiel par des bribes de phrases et news journalistiques entendus sur mon auto-radio, et j'ai une question: est-ce que l'aide financière attribuée à des organismes tels que AIG, ou à des banques, ou à des entreprises au bord de la faillite, fait-elle partie de ce fameux programme de relance? Ou alors les efforts de relance c'est autre chose?Les Américains continuent d'appeler les Européens à plus d'effort de relance, ce que ces derniers réfusent pour l'instant... Oui, mais ils réfusent quoi au juste?

D'après mes notions d'économie d'une époque ancienne, classique, la relance rime avec plus d'investissements dans des secteurs qui fabriquent des moyens de production, pour l'avenir donc, au dépens de la consommation actuelle. Est-ce bien cela que les Américains préconisent ou encore autre chose?

N.B. La baisse de la TVA à 5,5% dans le secteur de pure consommation, consommation par excellence donc, qui est la restauration, me paraît très surprenant. Ce serait l'inverse de ce qu'il faudrait faire, me semble-t-il.

  • Au contraire, il faudrait augmenter la TVA ou autres impôts pour des restaurants de luxe, la haute gastronomie, etc, tout comme pour les voitures de luxe, genre Chevrolet, Buick,..., en ce temps de crise. En laissant bien sûr un taux bas pour la restauration de base, rapide, pour les pauvres (pour les maintenir en vie, et qu'ils aient la force de travailler). Décourager plutôt l'investissement dans la débauche alimentaire et automobile (bonnes enseignes et marques préstigieuses), et pas l'encourager... Décidémment, je ne comprends plus grand chose dans cette économie contemporaine...
  • On a l'habitude de dire: tout travail a un même mérite. Mais est-ce vrai en temps de crise? Prenons comme exemple deux secteurs d'activité: la pâtisserie et l'horlogerie de base (montres simples, à quartz, pas les Rolex de notre président). Il me semble que fabriquer les gâteaux ou les montres, n'a pas la même valeur morale. Côté acheteur, s'acheter une montre pour être à l'heure au travail, et faire son travail à temps, a plus de mérite et valeur que s'acheter les gâteaux, à la recherche du plaisir de bouche pour fuir la réalité. 
  • Déjà, les Américains, en réfusant de tenir à flot les industries de luxe et les salaires de luxe des ouvriers américains, ont probablement fait un pas dans la bonne direction.  
  • Expat, il y aura peut-être dans l'avenir d'autres choses à regretter, que les Buicks et Cadillacs. Par exemple, à l'époque où on envoie dans l'espace des missions ou vaisseaux sur Mars, en y consacrant des milliards, pour la curiosité des chercheurs, des millions sinon presque des milliards de gens ont faim sur notre Terre.
Revenir en haut
Expat


Hors ligne

Inscrit le: 27 Avr 2008
Messages: 424

MessagePosté le: Mer 3 Juin - 21:43 (2009)    Sujet du message: Fin d'un monde Répondre en citant
Bon ben voila.
 GM sous chapitre 11, qui l'eut cru il y a encore quelques mois?

Le Parti Republicain US croit bon de hurler a la socialisation de l'economie americaine.

Le vrai probleme est que personne n'a d'autre solution.
 Obama ne fait pas preuve d'originalite, puisqu'il reprend quasiment les memes mesures mises en oeuvre par Roosevelt en 1933, et surtout en 1936.
 Personne ne s'en rejouira, puisqu'on sait maintenant que ces decisions n'ont eu qu'un effet ralentisseur, et que la vraie sortie de crise americaine n'a ete effective que lors de l'instauration de la loi Pret-Bail, puis de l'anerie monumentale des japonais a Pearl Harbour.

Le dollar a perdu quasiment 10% de sa valeur en 1 mois, la planche a billets americaine tourne a plein, la dette US se remboursera aux detriment de toutes les autres monnaies, ainsi va le monde dirige  par la moderne Rome dont les phalanges nucleaires lui assurent impunite arrogante et  domination sans vergogne sur les peuples barbares dont nous sommes.

Comme diraient les Rita Mitsuko, C'est comme caaaaa, la la la la.
Revenir en haut
advoc.diab


Hors ligne

Inscrit le: 12 Mai 2008
Messages: 592
Localisation: Auvergne
Masculin
Adhérent MoDem ?: Oui

MessagePosté le: Mer 3 Juin - 22:00 (2009)    Sujet du message: Fin d'un monde Répondre en citant
Expat a écrit:
GM sous chapitre 11 (...)
(...) la socialisation de l'economie americaine

(...) quasiment les memes mesures mises en oeuvre par Roosevelt en 1933, et surtout en 1936.
 (...) n'a ete effective que lors de l'instauration de la loi Pret-Bail
(...) la dette US se remboursera aux detriment de toutes les autres monnaies

Moi, et sûrement aussi sebastien, le nouveau venu sur le forum qui ne connaît même pas trop chapître orthographe, voudrions bien savoir "le quoi, le pourquoi et le comment" de tous ces raccourcis de pensée et de raisonnement érudits...
Cordialement, AD
Revenir en haut
Roulleaux Dugage


Hors ligne

Inscrit le: 25 Avr 2008
Messages: 1 105
Localisation: Houilles 78
Masculin

MessagePosté le: Dim 18 Oct - 17:23 (2009)    Sujet du message: Fin d'un monde Répondre en citant
Jean-Michel Quatrepoint avait éclairé la crise économique dans son ouvrage « La Crise Globale ». Il revient avec « La Dernière Bulle », analyse de l'après-crise, ou plutôt de l'entre-deux crises comme nous l'explique Malakine dans cet article sur l'ouvrage.



Jean Michel Quatrepoint est journaliste économique doté d’un remarquable talent de conteur et de pédagogue. Avec lui, l’économie apparaît d’une redoutable simplicité et la crise, y compris dans ses aspects les plus financiers, se lit comme le scénario d’une série grand public dont on attend avec impatience la saison suivante.

Dans « La crise globale », sorti juste avant le déclenchement de la crise financière à l’été 2008, il faisait un état des lieux dépourvu de tout prisme idéologique, d’un monde en proie à tous les déséquilibres, en commençant par le commencement, par la réponse à la question que tout le monde se pose depuis un an : Comment on en est arrivé là ?

L’ouvrage racontait avec la hauteur de vue d’un historien, comment le système qui est entré en crise à l’été 2007 s’est mis en place à partir de la fin des années 70, comment la révolution néolibérale a engendré la financiarisation, puis la mondialisation, et enfin les déséquilibres macroéconomiques grandissant qui ne pouvaient que conduire à un cataclysme de grande ampleur.

La crise globale proposait une description de la crise dans ses différents aspects, financière avec le Krach des subprimes, énergétique avec l’envolée des prix des hydrocarbures, alimentaire avec les émeutes de la faim et sociale avec l’accroissement indécent des inégalités. L’ouvrage se concluait cependant par une note d’optimisme. L’auteur voulait voir cette crise globale comme le terme de la première globalisation, tant il était évident qu’une page devait se tourner et un nouveau monde se reconstruire sur de nouvelles bases.

La suite, Jean Michel Quatrepoint nous l’a livre avec « La dernière bulle » sorti à la rentrée. Car contrairement à ses attentes, la crise globale n’a pas accouché d’un nouveau monde. Le système a su se sauver et perpétuer les rentes de situation dont bénéficient ceux qui l’ont mis en place. Et ces profiteurs, Jean Michel Quatrepoint n’hésite pas à les nommer : ce sont les seigneurs de la finance de Wall Street, les banksters comme il les nomme, et leur puissant lobby grâce auquel ils ont la main sur la banque centrale américaine, comme sur le congrès et la maison blanche.

L’ouvrage s’ouvre sur une description minutieuse du lobby financier et de la manière dont il a investi le système politique américain. Pourtant le nouveau président était animé des meilleures intentions et voulait sincèrement reconstruire l’économie américaine (et donc mondiale) sur de nouvelles bases. Il n’a pas pu. Le lobby était trop puissant. Il est parvenu a éviter toute nationalisation et toute réforme sérieuse des structures de la finances avant de convaincre le président de la possibilité d’une reprise économique une fois les banques sauvées. Une reprise qui doit bien évidemment s’entendre avant tout comme celle des profits, des bonus et des cours de bourse.

En reprenant les chronologie des évènements : du développement de l’endettement dans la décennie 2000 au plan de sauvetage des banques en passant par la faillite de Lehmann Brothers, l’affaire Madoff ou le G20 de Washington, Jean Michel Quatrepoint nous fait un portrait sans complaisance de la finance américaine. Il l’accuse d’avoir créé les conditions de la prochaine bulle et le prochain Krach, cette fois sur les dettes publiques qui se sont envolées avec les plans de sauvetage et de relance. Cette nouvelle bulle de dettes va donner lieu à de nouvelles activités très rémunératrices pour les banquiers. Outre la perception directe d’intérêts conséquents sur la dette publique, la finance va pouvoir continuer à se livrer à ses jeux favoris, élaboration de nouveaux produits financiers sophistiqués, nouvelles spéculations, nouvelles titrisations … jusqu’au jour où, de nouveau, la bulle explosera avec de nouvelles subprimes, ce qui conduira à une brutale remontée des taux d’intérêts qui étrangleront les Etats les plus endettés.

Ce que l’auteur nous décrit n’est ni plus, ni moins, qu’une opération de prédation à grande échelle opérée par une oligarchie mondiale apatride. Elle a commencé en s’attaquant aux travailleurs (mondialisation), elle s’est déplacée ensuite sur les ménages (bulle de l’endettement privé) Elle a désormais entrepris de vampiriser avec la complicité de la classe dirigeante avec laquelle elle est intimement liée, les Etats qui l’ont sauvé pendant la crise ! L’annonce, tombée hier, des 140 Milliards de dollars de rémunérations distribués par les banques américaines cette année ne nous dit pas autre chose.

Pour ce qui est des solutions Jean Michel Quatrepoint décevra probablement la fibre révolutionnaire des lecteurs les plus hétérodoxes. L’auteur ne propose aucune solution radicale. Pas de protectionnisme, ni européen, ni national, même s’il anticipe une mondialisation multipolaire où chaque grande zone géographique sera tentée d’utiliser son épargne, libellée dans sa monnaie, pour financer ses investissements voire consommer ses produits.

Pas d’arraisonnement non plus du système financier à la Lordon, même s’il rêve dans son dernier chapitre à un monde sans financiers. Il y propose d’organiser un démantèlement des grandes banques, de taxer les produits financiers les plus toxiques, de mettre fin aux paradis fiscaux, d’instituer un « serpent fiscal international » pour mettre fin à la sous-imposition des revenus du capital ou dans le même ordre d’idée un « serpent monétaire international » pour mettre fin à l’hégémonie de l’étalon dollar et des désordres qu’il engendre dans la mondialisation.

On remarquera que toutes ces propositions reposent sur l’hypothèse chimérique d’une gouvernance mondiale efficiente, capable de décider et de mettre en œuvre toutes ces réformes. Parions que le troisième tome du récit de la crise sera consacré à cette illusoire quête de gouvernement mondial et à son impuissance intrinsèque face aux marchés financiers et leurs lobbys

Jean Michel Quatrepoint ne s’arrête pas à ce qui risquerait d’apparaître comme des vœux pieux légitimant l’impuissance, il propose également une réaction purement nationale en soutenant de manière très enthousiaste le grand emprunt sarkozien. Il le souhaiterait dirigé vers l’épargne nationale pour financer des « dépenses d’avenir » vecteurs d’une nouvelle croissance. Il cite ainsi des dépenses d’équipement militaire, l’investissement dans l’industrie automobile de demain, le développement des énergies renouvelables, un plan de relance du logement ou la recapitalisation du Fonds Stratégique d’Investissement pour renforcer les fonds propres des PME.
Ce chapitre se conclut tout de même par une phrase en forme d’aveu d’incrédulité « Cet emprunt n’est peut-être pas la panacée, mais que ceux qui, à droite comme à gauche, ont une recette miracle lèvent la main ! »

Jean Michel Quatrepoint est manifestement plus à l’aise dans son rôle pédagogue de l’économie contemporaine et de compteur de l’histoire de la crise, que dans celui du docteur qui prescrit les bons remèdes. Néanmoins « La crise Globale » et « La dernière bulle » sont des ouvrages que l’on ne peut peut que chaudement recommander à tous ceux qui veulent s’initier avec un bon professeur aux problématiques du monde d’aujourd’hui comme par ceux qui ont besoin de remettre dans une perspective historique et globale ce qu’il ont déjà compris des désordres de la mondialisation.

Retrouvez les articles de Malakine sur son blog
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Expat


Hors ligne

Inscrit le: 27 Avr 2008
Messages: 424

MessagePosté le: Lun 19 Oct - 13:33 (2009)    Sujet du message: Fin d'un monde Répondre en citant
Un ancien du "Monde".
Sur ce resume, on croirait lire de l'Attali, avec sa gouvernance mondiale un peu chimerique.

En tout cas, tout  fait d'accord avec lui, cette pseudo-fin de crise est totalement artificielle, en attendant la prochaine bulle. Les bourses sont a des niveaux incomprehensibles, et les tensions sur les matieres premieres ( petrole a 80 dollars, n'importe quoi!) carrement illogiques. On est bien parti pour s'en reprendre un grosse d'ici un an.
Revenir en haut
Roulleaux Dugage


Hors ligne

Inscrit le: 25 Avr 2008
Messages: 1 105
Localisation: Houilles 78
Masculin

MessagePosté le: Mer 21 Oct - 00:33 (2009)    Sujet du message: Fin d'un monde Répondre en citant
Bulle des subprimes, maintenant bulle de la spéculation sur les matières premières et le pétrole, la haute finance est viscéralement dingue. 
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 05:18 (2017)    Sujet du message: Fin d'un monde
Revenir en haut
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forum alternatif du Mouvement Démocrate Index du Forum // Actualités politiques // Monde Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
// Theme Created By: // Icons in Part By:
Powered by phpBB © 2001, 2017 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com