Bienvenue à tous !  
Conçu dans la tradition ouverte et intelligente de l'ancien forum udf.org des années 2005-2007, l'un des meilleurs forums politique d'humeur et d'humour  des années 2000, malheureusement fermé depuis, ce forum a été concu par des anti-apparatchiks membres ou simples sympathisants du Mouvement Démocrate qui ont voulu préserver cette tradition au service d'un Mouvement Démocrate ouvert et réactif ... Actuellement peu ou prou en sommeil dans un contexte de "léthargie du centre", il n'attend plus que vous pour reprendre de sa dynamique. Les propos sur ce forum étant modérés a posteriori, ils sont donc libres et responsables et n'engagent prioritairement que leurs auteurs. Contact : forum.ccbs@laposte.net   
Une fausse relance.

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forum alternatif du Mouvement Démocrate Index du Forum // Actualités politiques // France
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Expat


Hors ligne

Inscrit le: 27 Avr 2008
Messages: 424

MessagePosté le: Jeu 4 Déc - 17:38 (2008)    Sujet du message: Une fausse relance. Répondre en citant
Il a dit "26 milliards" 1,3 % du PNB, ca va chier les mecs.
On le remerciera de n'y avoir pas ajoute une baisse de la TVA, qui ne favorise que les importations.

En fait, il ne s'agit que de 15,5 milliards. 10, 5 sont en effet consacres aux remboursements que l'Etat aurait du de toute maniere effectuer, mais qu'il fera pour une fois dans les temps, et pas comme d'habitude, avec 3 a 6 mois de retard sans payer d'interets. On y ajoutera quand meme quelques delais supplementaires accordes aux entreprises pour le  paiement de leurs cotisations. Tout ceci releve du rideau de fumee, et ne coute rien.

Reste donc 15,5 milliards. 11,5 sont prevus pour l'investissement. C'est bien. Ils ne seront pas productifs avant plusieurs annees, mais mieux vaut tard que jamais.
 Ils auront le merite de donner un peu d'air a l'emploi, mais il n'est pas besoin d'une crise pour se rendre compte que les investissements publics, jusqu'a present mal cibles et  mal coordonnes avaient besoin d'un coup de fouet. On aurait prefere voir ce genre d'ambition dans le programme electoral du candidat Sarkozy, plutot que de la voir figurer dans une reaction a court terme, face au marasme. Sarkozy decouvre les bienfaits des grands programmes d'investissement public apres les avoir stigmatise. Il n'y a que les idiots qui ne changent pas d'avis. Soit.

Ensuite, un peu d'immobilier, mais pas trop, ce qui est a mon sens une erreur grave, le logement social etant devenu un des sujets les plus mobilisateur de notre epoque, et cette fameuse prime a la casse dont on sait depuis la Jupette et la Balladurette qu'elles ne font que retarder, voire agraver l'echeance. Le ministre du Budget avait pousser des hurlements face au bonus co2 qui aurait pu engager notre industrie automobile sur la voie de son avenir industriel : la voiture clean. Payer une epave, par contre, il n'y trouve rien a redire. Ces gens ont du retard a l'allumage.

Enfin du saupoudrage compassionnel qui donnera un coup de main ponctuel aux plus modestes de nos concitoyens, pour leur permettre de passer l'hiver, mais sans leur donner de perspectives autres que d'assurer les 3 mois qui viennent.. Logique, l'Etat est en quasi faillitte comme nous l'a dit notre Premier Ministre. Pour l'essentiel, adresser vous au Restau du Coeur  le plus proche!

Tout ca pour ca. C'est leger. Tres leger.  Annonce a grands renforts de trompettes mediatiques, ce super-plan de relance fait peine a voir.  La dette de la France se rapproche dangereusement des 70 % de son PNB, seuil critique pour tout  Administrateur un peu lucide alors que tout laisse a penser que ces mesures sont un coup d'epee dans l'eau.

 Montrer qu'on reagit face a la crise, c'est bien. Mais le reactivisme n'est pas forcement une politique. Et encore moins un programme de gouvernement.
 Sarkozy a ete elu sur une approche economique qu'il a vendu aux francais. Il fait tout le contraire. On ne lui reprochera pas ce qu'il est en train d'essayer de faire. On lui reprochera simplement d'avoir pris la place d'autres qui , eux au moins, auraient ete plus legitimes, s'ils avaient ete elus, a prendre ce genre de mesures. Parce qu'ils avaient, eux,  annonce la couleur avant.





15,5 milliards. Ce n'etait pas le montant du cout annuel du bouclier fiscal ?
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Jeu 4 Déc - 17:38 (2008)    Sujet du message: Publicité
PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
hirmente


Hors ligne

Inscrit le: 26 Avr 2008
Messages: 676
Localisation: Savoie- Suisse
Masculin
Adhérent MoDem ?: Non

MessagePosté le: Jeu 4 Déc - 18:59 (2008)    Sujet du message: Une fausse relance. Répondre en citant
Sans doute.
Un bouclier fiscal qui a vachement relançé l'économie, comme s'en vantait Sarko
et la Reignée qui lui tient lieu de sinistre des Phynances à Ubu.
Revenir en haut
Roulleaux Dugage


Hors ligne

Inscrit le: 25 Avr 2008
Messages: 1 105
Localisation: Houilles 78
Masculin

MessagePosté le: Jeu 4 Déc - 23:17 (2008)    Sujet du message: Une fausse relance. Répondre en citant
Eh franchement on n'y comprend rien. Hier, c'était la relance par le travail, du pur sarko démago, maintenant c'est la relance par l'investissement, comme au bon vieux du pépère Raymond Barre. Or, la relance par l'investissement en période de récession, je ne vois pas trop comment ça marche.

Le financement du batiment : comme les gros constructeurs se comportent comme des holdings, voire des pompes à fric, l'augmentation de marge ira où ? en bourse ? trouver l'erreur.
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Expat


Hors ligne

Inscrit le: 27 Avr 2008
Messages: 424

MessagePosté le: Ven 5 Déc - 17:54 (2008)    Sujet du message: Une fausse relance. Répondre en citant
A peine cette annonce effectuee que pas mal de monde, dont Attali, se pose la question d'une deuxieme relance en janvier-fevrier.
Mais avec quel argent? Si cette relance la foire, ou trouver les sommes necessaires a un deuxieme coup de booster?
La relance par l'investissement est effectivement la plus saine. Mais elle ne se traduit en chiffres que bien longtemps apres. Barre avait raison, mais n'a pas eu le temps d'avoir raison. Il lui aura manque un an, et les decisions desastreuses de juin 81 ont ruinees en quelques mois sa patiente remise en ligne de l'Economie Francaise.
Le temps va trop vite. Les Etats Unis annoncent 500 000 chomeurs de plus en un mois, la production industrielle espagnole se prend un moins 12% en novembre, Poutine, lors de ses interventions televisees, prepare les Russes au serrage de ceinture, le petrole va tout doucement vers les 30 dollars le baril...

La France n'a plus de moyens. A moins d'accepter la tutelle du FMI, elle ne peut plus que subir.

Seule l'Europe peut lui apporter un peu d'oxygene. Elle doit donc s'y ancrer plus profondement, pour conserver un peu de souverainete. 
Revenir en haut
Expat


Hors ligne

Inscrit le: 27 Avr 2008
Messages: 424

MessagePosté le: Mar 9 Déc - 11:35 (2008)    Sujet du message: Une fausse relance. Répondre en citant
Et les chiffres de la balance commerciale viennent encore plomber un peu plus l'ambiance.
7 milliards de deficit en octobre! On cingle vers les 60 milliards sur l'annee 2008!

Une petite baisse des importations, mais un effondrement des exportations, principalement dans les pays de la zone Euro, because l'industrie automobile( ce qui est aussi le cas de l'Allemagne).

On ne parle meme pas de novembre et decembre, qui s'annoncent ultra-catastrophiques, malgre la chute des prix des commodities.

2008, comme dirait le proctologue de  Delanoe, annus horribilis (je sais, elle est lourdingue, mais j'aime bien.) .  A cote de tout ceci la mini-relance parait derisoire. Seuls l'ANPE et les Assedic, deja debordes par l'afflux de "clients", semblent pouvoir tabler sur un taux de croissance de leur activite a 2 chiffres. Bon sang il faut se bouger!
Revenir en haut
Roulleaux Dugage


Hors ligne

Inscrit le: 25 Avr 2008
Messages: 1 105
Localisation: Houilles 78
Masculin

MessagePosté le: Mer 10 Déc - 12:37 (2008)    Sujet du message: Une fausse relance. Répondre en citant
Je sors d'une conférence hier avec Jean Peyrelevade et je n'ai pas le moral tiens.

Bon, il veut démontrer qu'on peut désendetter à raison d'un point de PIB par an et donc ramener en cinq ans l'endettement à des proportions compétitives avec l'Allemagne.  Il dénonce que la balance des exportations est la plus lourdement déficitaire à l'égard des autres pays de la zone euro, l'Allemagne et la Hollande notamment (et pan sur le bec de la très ex-UDF Anne-Marie Idrac ...), ce que confirme les Echos :
http://www.lesechos.fr/info/france/4807361-affecte-par-la-recession-europee…
 
Cf l'interview de Bayrou dans la Tribune du 6 décembre (déprimant ...) que me retransmet Catherine Forty de Lamarre (MoDem78)  :



6 décembre 2008 François Bayrou répond aux questions de François Lenglet pour La Tribune 
Dans cette interview, François Bayrou souligne les manques et les faiblesses du plan de relance de 26 milliards d'euros que vient d'annoncer le Chef de l'Etat. Il propose des remèdes différents face à la crise. Et donne un coup de griffe au Fonds souverain lancé par le gouvernement avec la Caisse des dépôts.


La Tribune - Quel jugement portez-vous sur le plan de relance qu’a présenté Nicolas Sarkozy le 4 décembre ?

François Bayrou - Dans la lutte contre la crise économique, la nouvelle la plus importante du 4 décembre, c’est la baisse massive des taux d’intérêt de la banque centrale européenne. La BCE se
montre aujourd’hui active et réactive, après s’être montrée prudente quand il le fallait. Contre toute critique, elle s’est révélée beaucoup plus avisée que son homologue américaine qui, avec sa politique de taux effondrés et son insouciance quant aux risques bancaires, porte une lourde responsabilité dans la crise actuelle.

- Le plan Sarkozy ne vous semble pas à la hauteur ?


- Je ne pense pas que ce plan soit de nature à mettre un terme à la crise, ni même à créer un sursaut de croissance notable. Les moyens de la France sont extrêmement faibles par rapport à ce qu’il
faudrait mobiliser pour rétablir la croissance et la confiance. Sans doute, le gouvernement fait-il ce qu’il peut, mais il peut si peu...

- Il s’agit tout de même de 26 milliards d’euros.

- Quand j’analyse le plan, je ne vois que 4 milliards d’euros d’investissements publics véritablement nouveaux. Et encore les liaisons ferroviaires à grande vitesse ont-elles été déjà annoncées plusieurs fois… Quatre milliards, c’est à peine 0,25% du PIB français. On est loin du seuil critique d’une action publique. Cela ne suffira donc pas à faire repartir une machine économique profondément encalminée. Et il ne faudra pas longtemps pour qu’on s’en aperçoive.

- Outre les investissements, il y a également les remboursements des créances détenues sur l’Etat. Cela va soulager la trésorerie des entreprises.

- C’est une bonne orientation, même si on ne fait qu’anticiper sur des obligations prévues et se conformer aux règles de bonne gestion. Car le vrai scandale, c’est d’avoir laissé se créer une telle
dette ! Les entreprises, dont les factures traînaient inconsidérément, pour qui les remboursements tardaient, ont servi à faciliter la trésorerie de l’Etat. Et ce, depuis des années, avec la même majorité qu’aujourd’hui…

- Le plan Sarkozy prévoit aussi de simplifier l’accès des PME aux marchés publics, en supprimant les appels d’offres pour toute commande de moins de cinq millions d’euros. Voilà une mesure en faveur des entreprises.

- Autant je souhaite la simplification des procédures publiques, autant je me méfie de l’arbitraire. Je vois venir une situation où les règles de prudence en matière de marchés publics vont être
mises à mal. Il y a un niveau de marchés où il n’est pas raisonnable d’accepter le gré à gré. Il m’étonnerait bien que le Conseil Constitutionnel n’ait rien à redire. C’est la lutte contre la corruption ordinaire et la défense de l’argent public qui sont en jeu.

- Parmi les mesures annoncées, il y en a une qui rejoint l’une de vos propositions de 2007, la suppression des charges pour les embauches dans les très petites entreprises.

- Ma proposition était très différente, il s’agissait d’exonérer de charges deux emplois nouveaux, pour cinq ans, et quelle que soit la taille de l’entreprise et la nature des postes. Dans la mesure
Sarkozy, l’exonération ne vaut que pour 2009, seulement pour les entreprises de moins de 10 salariés, et seulement pour les salaires les plus modestes. Autant dire que l’on crée une nouvelle trappe à bas salaires. Et cela sera sans effet, car l’exonération ne vaut que pour 2009, et cet horizon trop court va les dissuader d’utiliser ce dispositif. De même je n’ai pas l’impression que la prime à la
casse pour les véhicules anciens soit à la hauteur de la crise. Je crains que les inquiétudes des Français soient trop importantes pour être levées par mille euros de subvention. J’aurais préféré qu’on soutienne la recherche et le développement pour accélérer la mutation industrielle du secteur automobile vers les véhicules propres.

- Le « fonds souverain » à la française, créé il y a quelques semaines, va justement contribuer à soutenir la filière automobile française.

- Je n’ai jamais compris de quoi il s’agissait. Ce fonds est, paraît-il, doté de vingt milliards d’euros, dont 14 d’actifs de la Caisse des Dépôts déjà mobilisés… Autant dire qu’avant d’habiller Pierre, il va falloir déshabiller Paul. Quant à sa finalité, on nous explique qu’il s’agit de protéger des prédateurs les entreprises françaises. Je comprends qu’on va faire grimper le cours de bourse d’entreprises choisies par le pouvoir. Est- ce véritablement le rôle de l’Etat, est-ce la fonction de l’argent public ? J’aurais voulu un vrai fonds souverain, qui intervienne à l’extérieur de nos frontières, pour prendre des
participations dans des entreprises au savoir-faire stratégique, avec lesquelles les coopérations seraient profitables à la France.

- Que peut-on faire dans une crise comme celle que nous vivons ? Vous- même, pendant la campagne, n’avez cessé de mettre en garde les électeurs contre la croissance de la dette française.

- Si nous n’avons pas les marges suffisantes aujourd’hui, c’est justement parce que nous avons gaspillé nos marges de manoeuvre, comme je le redoutais à l’époque. Regardez les Etats-Unis : malgré la folie de la guerre en Irak, leur dette nette est bien moins élevée que la nôtre, hors engagements de retraite, car ils ont accumulé les excédents lorsque la croissance était forte. Ce que nous n’avons
pas fait. Le gouvernement actuel ne peut donc que constater son impuissance. Il a lui-même gaspillé le peu de ressources que nous avions, avec son « paquet fiscal » de 2007. C’était une cartouche
tirée en l’air.

- Alors, que faire aujourd’hui ?

- De l’investissement public massif, dans les infrastructures et la recherche. Pour financer cet effort, j’aurais voulu que nous levions un grand emprunt européen, de 3% du pib, soit environ 400 milliards d’euros. Un emprunt garanti sinon par les 27 de l’Union, du moins par les états de l’Eurogroupe,. Chaque état pourrait tirer ou non sur sa quote-part, en fonction de l’état de son économie. La
solidarité se manifesterait par la mutualisation, la garantie que tous les États de la zone apporteraient en commun à l’initiative. Avec cet ordre de grandeur, nous aurions une chance de faire reculer la crise.

- On voit bien que l’Allemagne est rétive, devant l’idée d’une relance européenne. Angela Merkel ne semble pas partager les préoccupations communes.

- C’est l’éloignement entre la France et l’Allemagne qui pose problème. Et j’attribue ce malaise d’abord à la volonté française de tirer la couverture à soi, à une attitude qui met systématiquement l’autre en accusation. Cela dit, je crois que l’Allemagne en viendra à soutenir son économie. Si la crise est conforme à ce que tout le monde craint, tout le monde va être obligé de relancer massivement.

- Vous êtes donc critique sur toute la ligne ?

- Je ne reproche pas à Nicolas Sarkozy son comportement dans la crise. J’ai voté le plan de sauvetage des banques, en n’oubliant pas la contribution intellectuelle du Premier ministre britannique, Gordon Brown, à ce plan. Bien sûr, on « survend », on en fait trop. Mais derrière le rideau de la crise, on est en train de prendre des mesures qui portent atteinte au projet de société républicain français.

- C’est-à-dire ?

- J’en vois au moins trois dans l’actualité récente. Le travail du dimanche, la retraite à 70 ans et la main mise du pouvoir sur l’audiovisuel public. Trois décisions qui portent atteinte au projet de société français. Et, si nous n’y prenons pas garde, elles seront irréversibles. Le devoir de ceux qui partagent ce diagnostic, c’est de réfléchir aux conditions d’une alternance possible, le moment venu.

- Allez-vous pouvoir préparer cette alternance avec Martine Aubry, qui vient d’être désignée Premier secrétaire du Parti socialiste ?


- Ce qui l’a emporté au PS, c’est la fermeture. C’est une posture, bien sûr, mais elle est éclairante. Le PS choisit de s’enfermer, comme si le temps était au sectarisme. Je crois qu’il se trompe mais c’est son affaire… Ma vision est très différente. Comme je crois que l’essentiel est en cause, je suis sûr que pour obtenir l’alternance, il faudra rassembler. Vous savez, les Français qui n’aiment pas ce qu’on est en train de faire de la France ne viennent pas que de la gauche. Il y en a au centre, beaucoup. Il y en a aussi parmi les républicains de droite. Pour gagner, il faudra les rassembler autour de valeurs fondatrices, et d’abord il faudra les respecter. Tous.

Propos recueillis par François Lenglet








Heureusement que le proctologue de Notre Dame de Paris veille (lourdingue ? pas du tout ... j'aime ...).
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 01:03 (2017)    Sujet du message: Une fausse relance.
Revenir en haut
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forum alternatif du Mouvement Démocrate Index du Forum // Actualités politiques // France Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
// Theme Created By: // Icons in Part By:
Powered by phpBB © 2001, 2017 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com