Bienvenue à tous !  
Conçu dans la tradition ouverte et intelligente de l'ancien forum udf.org des années 2005-2007, l'un des meilleurs forums politique d'humeur et d'humour  des années 2000, malheureusement fermé depuis, ce forum a été concu par des anti-apparatchiks membres ou simples sympathisants du Mouvement Démocrate qui ont voulu préserver cette tradition au service d'un Mouvement Démocrate ouvert et réactif ... Actuellement peu ou prou en sommeil dans un contexte de "léthargie du centre", il n'attend plus que vous pour reprendre de sa dynamique. Les propos sur ce forum étant modérés a posteriori, ils sont donc libres et responsables et n'engagent prioritairement que leurs auteurs. Contact : forum.ccbs@laposte.net   
Un nouvel axe direct se dessine entre Berlin et Londres ...

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forum alternatif du Mouvement Démocrate Index du Forum // Actualités politiques // Europe
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Roulleaux Dugage


Hors ligne

Inscrit le: 25 Avr 2008
Messages: 1 105
Localisation: Houilles 78
Masculin

MessagePosté le: Lun 24 Nov - 12:34 (2008)    Sujet du message: Un nouvel axe direct se dessine entre Berlin et Londres ... Répondre en citant
... sans passer par Paris !!!

http://www.lefigaro.fr/economie/2008/11/24/04001-20081124ARTFIG00317-gordon…

--> Gordon Brown, l'initiateur des réformes européennes (en trompe l'oeil ?), poursuit sa lancée et je dois dire que baisser les taux de TVA avec un suivi rigoureux par les services de la concurrence et des fraudes serait une signe fort pour relancer la consommation et les marges des entreprises ;

http://www.lefigaro.fr/economie/2008/11/24/04001-20081124ARTFIG00318-relanc…

--> Angela Merkel poursuit son attitude de défiance à l'égard de la France ; elle refuse que l'économie allemande finance les déficits publics abyssaux côté français et elle a bien raison ; quand l'Etat français dépense sans compter au profit d'une petite aristocratie intrigante, il faut bien contrebalancer ...

Allez, vive l'Europe !!!
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Publicité






MessagePosté le: Lun 24 Nov - 12:34 (2008)    Sujet du message: Publicité
PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Roulleaux Dugage


Hors ligne

Inscrit le: 25 Avr 2008
Messages: 1 105
Localisation: Houilles 78
Masculin

MessagePosté le: Mar 15 Déc - 23:54 (2009)    Sujet du message: Un nouvel axe direct se dessine entre Berlin et Londres ... Répondre en citant
Pourquoi cette obsession de Sarkozy avec l'Allemagne ?
Par Pascal Riché | Rue89 | 15/12/2009 | 16H40






Lors de sa conférence de presse, lundi, Nicolas Sarkozy a fait plusieurs fois allusion à l'Allemagne, « notre plus grand ami et concurrent » (« notre plus grand » s''appliquant aussi à « concurrent »). Pourquoi s'obstine-t-on à parler de l'Allemagne comme de notre « concurrent », plus de 50 ans après la naissance de la communauté européenne ?
Parce que l'Europe n'existe pas encore dans les têtes des dirigeants français. La région Rhône Alpes parle-t-elle de l'Ile-de-France comme d'une concurrente ? Les hommes politiques allemands parlent-ils de « notre plus grand concurrent, la France » ?



Tantôt l'Allemagne est citée comme étalon de comparaison, voire comme modèle. Lorsque l'Allemagne prend la même initiative que la France, c'est forcément un gage de qualité. Surtout quand l'Allemagne arrive après la France ! Nicolas Sarkozy ou ses ministres ont ainsi récemment cité en exemple l'Allemagne sur plusieurs dossiers :
  • Le controle des déficits publics
  • L'investissement (la France doit « rattraper son retard » par rapport aux Allemands)
  • Le taux de prélèvement obligatoires (« En 2007, la dépense publique représentait 52% du PIB contre 4 % en Allemagne… voilà la situation dont j'ai hérité »)
  • A tort, la mise en place du bouclier fiscal que Nicolas Sarkozy n'a pas « inventé »
  • La baisse de la TVA sur les restaurants (à tort encore : elle est encore à 19% en Allemagne)
  • La création des « campus universitaires d'excellence » inspirée de l'exemple allemand, selon Valérie Pécresse
  • etc.

Tantôt l'Allemagne devient celle qu'on a « battue ». Le 1er décembre 2009, à Toulon, Sarkozy se félicitait ainsi d'avoir une baisse de l'activité moins prononcée que celle de l'Allemagne :
« Quant à nos amis Allemands, c'est très simple : la récession est deux fois plus importante qu'en France. »
Dans le même discours, il revenait ainsi sur la création du « médiateur du Crédit » :
« Cela ne devait pas être une si mauvaise idée puisque Madame Merkel vient de décider aujourd'hui même de doter l'Allemagne d'un médiateur du Crédit. Je me réjouis que l'Allemagne prenne la même décision que nous, mais nous l'avions prise l'année dernière. »

Un problème personnel avec l'Allemagne ?
Sarkozy va bien plus loin que ses prédécesseurs dans l'insistance sur une rivalité avec l'Allemagne. Pendant la campagne électorale, il avait déjà affiché un esprit bien peu amical, lorsqu'il avait déclaré dans un discours prononcé à Nice, à l'adresse des « adeptes de la repentance » :
« Je suis de ceux qui pensent que la France n'a pas à rougir de son histoire. Elle n'a pas commis de génocide. Elle n'a pas inventé la solution finale. Elle a inventé les droits de l'homme et elle est le pays du monde qui s'est le plus battu pour la liberté. »



Génocide d'un côté, droits de l'homme de l'autre : on ne saurait être plus caricatural. D'où vient cette relation si difficile avec les Allemands ? Dans le livre qu'elle a consacré au candidat Sarkozy (« L'Aube, le soir ou la nuit »), Yasmina Reza raconte que quand elle lui fait remarquer qu'il se sent visiblement mieux à Séville qu'à Oslo, il rétorque bizarrement : « Je suis terrorisé moi à Berlin ! Et à Francfort aussi ! »


Le spectre des guerres passées


Certes, après avoir commencé son mandat en tournant le dos à l'Allemagne, Nicolas Sarkozy a peu à peu retissé des liens avec la chancelière Angela Merkel, comprenant que l'Europe passait forcément par l'axe franco-allemand. Mais on sentait, en l'écoutant lundi lors de sa conférence de presse, que le rival continue de l'emporter sur l'ami.
Nicolas Sarkozy porte en lui l'un des poisons du débat politique Français, celui qui fait de l'Allemagne la puissance devant laquelle il ne faut surtout pas « capituler ». Une rémanence du désastre de 1940, qui pollue le discours public depuis des décennies.
Il n'est pas rare d'entendre dans le discours politique des allusions à l'occupation : de « l'anti-France » dénoncée par Pierre Bérégovoy, qui visait alors ceux qui voulaient dévaluer le franc face au mark au « Munich social » fustigé par Philippe Séguin, en passant par la plus burlesque glorification, par Christian Estrosi, du débat sur l'identité nationale aux vertus prétendument antinazies.
Nicolas Sarkozy, qui s'autoproclamait homme de la rupture, aurait pu être celui qui tournerait enfin la page du « complexe allemand » des hommes politiques français. Il faudra visiblement attendre, pour cela, un(e) prochain(e) président(e).
Photo : Angela Merkel et Nicolas Sarkozy à Bruxelles, en juin 2009 (François Lenoir/Reuters)
A lire aussi sur Rue89 et sur Eco89

Ailleurs sur le Web
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 05:07 (2017)    Sujet du message: Un nouvel axe direct se dessine entre Berlin et Londres ...
Revenir en haut
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forum alternatif du Mouvement Démocrate Index du Forum // Actualités politiques // Europe Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
// Theme Created By: // Icons in Part By:
Powered by phpBB © 2001, 2017 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com